Archives du mot-clé Yémen

Coalition US-Arabie saoudite & Co. : les masques tombent définitivement ?

L’Arabie saoudite, l’un des principaux alliés des USA au Moyen-Orient et au niveau global, s’est une fois de plus démarquée au moment où elle aurait mieux fait de se tenir à l’écart.

Le royaume wahhabite n’a vraisemblablement pas apprécié, en plus de ses revers évidents au Yémen, l’avancée offensive sur tous les axes du territoire national de l’armée gouvernementale syrienne. Sans oublier les récents succès au niveau diplomatique et économique de l’Iran, ennemi juré.

En effet, l’Armée arabe syrienne est à l’offensive aussi bien au nord du pays, dont l’objectif est de prendre le contrôle de la frontière turco-syrienne, qu’au sud dans la région de Deraa et la frontière syro-jordanienne, ainsi qu’à l’est du pays où se trouvent justement les principaux bastions des terroristes de Daech. Devant cette avancée victorieuse et la débâcle des groupes takfiristes, dont ceux soutenus ouvertement par l’Arabie saoudite et le Qatar, l’heure n’est pas à la joie côté occidental et golfiste. 

Riyad a donc annoncé l’éventualité d’envoyer des troupes terrestres en Syrie. Une annonce similaire s’en est ensuite suivie de la part des Emirats arabes unis (pays pour rappel ayant participé en 2011 aux côtés de l’OTAN aux bombardements contre la Jamahiriya libyenne). Censés donc par ces manœuvres d’avouer que ceux sur qui ils sont misés en Syrie (y compris les plus « modérés » mais désireux quand même d’établir la charia dans toute la Syrie), sont en train de perdre.

La réaction syrienne ne s’est pas fait attendre. Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a prévenu: « ceux qui rentreront en Syrie sans autorisation reviendront chez eux dans des cercueils », fin de la citation. Ceci étant parallèle au moment où l’état-major du ministère russe de la Défense a annoncé que la Turquie aussi mobilise ses troupes et matériel militaire à sa frontière avec la Syrie (Erdogan étant un autre mécontent des défaites subies par les groupes terroristes soutenus par Riyad, Doha et Ankara).

Riyad prêt à envoyer ses forces spéciales en Syrie
© REUTERS/ FAISAL AL NASSER/FILES

Reste bien sûr le rôle décisif de Washington, sans l’accord de qui il est peu probable que l’Arabie saoudite puisse se lancer dans une opération militaire terrestre en Syrie. D’ailleurs côté saoudien et émirati, les déclarations faisaient directement comprendre qu’ils attendent le feu vert étasunien. Maintenant pour parler des perspectives. Nous avons mentionné précédemment que l’Arabie saoudite aurait beaucoup plus à perdre qu’à gagner en cas d’un conflit sérieux avec l’Iran. Et si l’Arabie saoudite décidait d’envoyer des troupes en Syrie (bien que la déclaration officielle affirme que « c’est pour combattre Daech »), ce sera bien évidemment pour au contraire tenter de sauver ce qu’il reste de leurs substituts takfiristes face à l’armée syrienne. Et si elle le faisait, elle devrait vite faire face en plus des militaires syriens, aux combattants d’élite iraniens et du Hezbollah libanais (dont la présence avec les forces aérospatiales russes est légitime car validée par Damas). Les forces des Saoud n’y tiendront pas longtemps. 

Plus que cela, le moment serait extrêmement mal choisi pour la principale concernée: sa campagne contre les combattants houthis au Yémen est déjà au plus mal, ces derniers ne reculent pas et menacent constamment la partie sud du territoire saoudien ayant déjà subi des attaques armées directes. S’enliser donc dans un conflit encore plus radical et en face de forces en présence contre lesquelles elle n’aurait pas beaucoup de chances de tenir, ce serait catastrophique pour l’Etat wahhabite, devant en plus gérer les mécontentements internes, notamment de la minorité chiite.

Il est vrai qu’il sera bien difficile à Riyad et Doha de reconnaitre leur défaite en Syrie après avoir investi des sommes faramineuses dans différents groupes extrémistes. De même qu’il est fort difficile de faire de même aux élites occidentales. Mais reste à savoir s’ils préfèreront s’en limiter là, après avoir tout de même énormément martyrisé la nation syrienne, ou opteront-ils pour un prolongement du conflit en s’embourbant avec les conséquences qui iront avec. On suivra avec attention.

En tout cas et ce qui est certain, c’est qu’effectivement les masques tombent un à un au sein de cette fameuse coalition US et consorts. Leur objectif n’a jamais été de lutter contre le terrorisme, l’objectif était de détruire un pays arabe multiethnique et multiconfessionnel laïc, y compris en utilisant à ces fins les groupes terroristes coupeurs de têtes. Depuis que ces plans tombent progressivement à l’eau et surtout depuis l’intervention des forces aérospatiales russes, ils ne savent plus à quel diable se vouer (ou damner).

 

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20160209/1021601052/us-arabie-saoudite.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Crise des migrants : les élites occidentales doivent assumer leurs responsabilités

Chaque jour qui passe, on voit sur les médias du mainstream ces images de migrants : hommes, femmes, enfants, qui arrivent massivement en Europe. Certains en perdant la vie avant de débarquer sur les côtes européennes, ce qui nous rappellent les images choquantes, notamment des derniers jours. Beaucoup admettent que c’est une tragédie humaine, d’autres appellent ouvertement à fermer les frontières et chasser les immigrés. La réalité est que c’est effectivement une véritable tragédie et les élites occidentales, médias comme politiciens, oublient incontestablement certaines choses qu’il faudrait absolument leur rappeler.

Les Occidentaux parlent d’un « déferlement », voire d’un « tsunami » de migrants. Avant de commenter, il serait bon de rappeler ce qu’avait dit le leader de la Jamahiriya libyenne, feu Mouammar Kadhafi, à savoir que le chaos orchestré par l’Occident dans différents pays, y compris le sien, finira par détruire ce même Occident, en premier lieu l’Europe. Passons à la suite.

Les élites de l’Occident sont soit véritablement aveugles, soit font une fois de plus semblant de l’être. Après la guerre orchestrée par la junte kiévienne contre son propre peuple, en premier lieu contre la population du Donbass, plus de deux millions de citoyens ukrainiens ont fui en Russie. Remarquez : pas en Europe qui porte pourtant une responsabilité évidente dans ce qui est arrivé dans ce pays entre novembre 2013 et février 2014, pas même dans les autres régions de l’Ukraine, dont ces personnes sont pourtant citoyens, mais bien en Russie.

Les représentants de l’ONU ont déjà admis le fait qu’un très grand nombre de réfugiés en provenance de l’Ukraine se trouvent à ce jour sur le territoire russe (les mêmes réfugiés que la sulfureuse étasunienne Jen Psaki, actuellement directrice des Communications de la Maison-Blanche, appelaient des « visiteurs temporaires » allant visiter leurs babouchkas en Russie)… Les médias occidentaux en parlent-ils ?

Passons à la Syrie. Le pays qui à ce jour a accueilli un très grand nombre de réfugiés syrien sur son sol n’est autre que la Turquie. Là aussi et selon les sources officielles, le chiffre de ces réfugiés approche deux millions de personnes. D’autant plus que les deux pays sont voisins et partagent une frontière commune. Le Liban est lui aussi très peu mentionné, pourtant accueillant lui aussi un nombre énorme de réfugiés : 1,2 million de réfugiés dans un pays dont la population totale est à peine de quatre millions. Pourtant, ils sont loin de faire le buzz comme l’Europe bruxelloise, ce qui fait croire à l’opinion publique internationale (merci encore au mainstream) que c’est l’Europe qui est devenue le principal « centre d’accueil » de tous ces gens, fuyant la guerre.

Passons maintenant aux responsabilités de chacun. Le leadership de la Turquie a effectivement joué un rôle négatif dans la crise syrienne, notamment par ses appels radicaux contre le président syrien Bachar al-Assad, surtout au début de cette crise (bien qu’aujourd’hui cette approche semble progressivement s’atténuer, le leadership turc ayant commencé à comprendre le danger extrémiste qui peut à l’instar de la Syrie, frapper également la Turquie). Néanmoins, la Turquie est-elle plus responsable de ce qui arrive en Syrie, que les élites occidentales avec leurs alliés du Golfe ? Très loin de là. Donc que ces derniers prennent eux aussi et pleinement leurs responsabilités.

Dans le cas européen, le problème qui se pose effectivement, c’est que tout ce chaos a été initié principalement par les USA. Donc logiquement, c’est ce pays qui doit accueillir la grande majorité des réfugiés, en provenance de tous ces pays où la main étasunienne a été fortement active. Pourtant, les USA ont d’ores et déjà annoncé qu’ils n’accueilleront que 1500-2000 réfugiés syriens. Intéressant comme approche mais très loin d’être nouveau et qui ne fait que confirmer une fois de plus la situation de sous-traitance dans laquelle se trouve l’Union européenne face aux Etats-Unis, chefs indiscutables. Un peu comme la guerre des sanctions Occident/Russie, dans laquelle c’est l’Europe qui sort la grande perdante (2 millions d’emplois perdus, 100 milliards d’euros en termes de perte financière, et ce n’est pas encore la limite). Parallèlement, les USA sortent évidement bien moins touchés, dû simplement au fait que les relations économico-commerciales entre ce pays et la Fédération de Russie étaient bien moins intenses qu’entre l’UE et la Russie. Par ailleurs et pour anecdote, alors que l’Europe a perdu et continue de perdre d’énormes parts de marché sur le territoire russe, principalement dans le secteur agricole et alimentaire, le business américain en Russie progresse…

Revenons à la question des migrants et répondons à deux questions simples. La Libye de Mouammar Kadhafi était-elle un pays émetteur de migrants ? Non, les Libyens immigraient peu et le pays se permettait même d’accueillir un nombre important de migrants en provenance d’autres pays africains et même d’Europe (principalement de l’Est : Bulgarie, Roumanie, Ukraine,…). Et aujourd’hui ? En plus d’être l’un des hauts-lieux du terrorisme international, la « nouvelle Libye » bhlienne, est devenu l’un des principaux points émetteurs de migrants, aussi bien de Libyens que de représentants d’autres pays, africains ou du Moyen-Orient. Et la Syrie d’avant la crise émettait-elle beaucoup de migrants à l’étranger ? Là encore la réponse est non, si ce n’est les hommes d’affaires et entrepreneurs syriens qui opéraient hors des frontières syriennes, l’immigration elle était minime. En tout cas très loin de ce que l’on observe aujourd’hui, lorsque des familles entières fuient pour ne pas se retrouver décapitées par des extrémistes barbares…

Conclusion : l’Occident, ou plutôt une fois encore ses élites doivent assumer le chaos qu’ils ont eux-mêmes créé. Après que cette responsabilité soit partagée à part égale entre USA et UE, ce serait la moindre des choses, le seul problème est que le premier ne le voit pas de cette façon et l’Europe bruxelloise sera une fois de plus obligée de subir. D’autre part, ces mêmes élites, politiques comme médiatiques, doivent cesser de pleurnicher en répétant sans cesser et chaque jour qui passe le fait qu’ils accueillent quelques dizaines de milliers de migrants, venant de pays qu’ils ont eux-mêmes mis à feu et à sang, alors qu’en parallèle des pays comme la Russie et la Turquie accueillent des millions de réfugiés en provenance de la Syrie, du Yémen et de l’Ukraine. Sans oublier d’autres comme le Liban mentionné plus haut, ou encore la Serbie, pays non-membre de l’UE, n’ayant aucune responsabilité à porter dans le chaos orchestré par ses voisins occidentaux dans les pays aujourd’hui émetteurs de tous ces pauvres gens, et qui pourtant adoptent une approche beaucoup plus humaine.

http://fr.sputniknews.com/opinion/20150909/1018078093.html

Mikhail Gamandiy-Egorov