Archives du mot-clé Yougoslavie

Les USA: les faux apôtres de la démocratie

Au cours de plusieurs décennies, allant de la seconde moitié du vingtième siècle et jusqu’à aujourd’hui, Washington a été directement ou indirectement impliqué dans des agressions contre un large nombre d’Etats souverains. Les crimes commis, y compris de masse, n’ont pour autant jamais poussé l’establishment étasunien à de quelconques remords dignes de ce nom.

Depuis 1945, les Etats-Unis ont été impliqués dans une série d’interventions typiques pour ce que l’on appelle le néocolonialisme, et ce à divers endroits de la planète. La particularité de ces agressions, à la différence par exemple du régime nazi allemand, c’était de se positionner comme le porteur des idéaux de «liberté et de démocratie». Pourtant, les peuples ayant eu à subir ces attaques et ces violations de leurs souverainetés, n’ont obtenu que destructions et chaos.

Depuis cette période, la liste fut très large. Si les exemples de la Corée, du Laos, Vietnam, Cambodge, Angola, Grenade et Panama faisaient partie de la période liée à la guerre froide, ceux, plus récents, de la Yougoslavie, de l’Afghanistan, de l’Irak ou encore de la Libye – peuvent être considérés comme appartenant à la période sombre du concept unipolaire – apparu à la chute de l’URSS. Un concept fort heureusement désormais révolu.

Cela évidemment sans oublier les innombrables tentatives de renversement du gouvernement cubain et d’assassinat de son leader Fidel Castro (qui finiront tous comme des échecs pour les instigateurs), la participation au meurtre barbare et lâche du grand leader congolais Patrice Lumumba, le coup d’Etat contre le président chilien Salvador Allende, ou encore le soutien semi-voilé au régime raciste d’apartheid sud-africain de l’époque. En d’autres termes – des faits et gestes en faveur de tout – sauf de la liberté et de la démocratie.

Si chacune de ces agressions mériterait d’être détaillée en de longues pages, il serait certainement juste d’accorder une attention particulière au Vietnam, sachant qu’il y a 57 ans de cela, en août 1964, que débutait l’escalade de l’intervention criminelle étasunienne contre ce pays. Selon les propres aveux des responsables US, confirmés par les documents étasuniens déclassifiés, les objectifs des Etats-Unis dans leur intervention dans la partie sud du Vietnam étaient à 70% – dans le but d’éviter une défaite humiliante (pour la réputation internationale US). Et seulement à 20% – dans le but d’y empêcher «une prise en main chinoise, et enfin à 10% dans l’objectif déclaré – de permettre aux habitants du Vietnam du Sud de profiter d’un « mode de vie meilleur et plus libre».  

En d’autres termes, les belles paroles de soutien à la liberté et à la démocratie – n’ont été que de la poudre aux yeux pour tenter à voiler les véritables raisons de cette agression macabre. Au plus fort de cette guerre d’agression contre le Vietnam et son peuple, plus d’un demi-million de militaires étasuniens se trouvaient dans ce pays. Cette guerre sale dans le plus direct du sens de ce terme, ne visera pas seulement les forces armées de la République démocratique du Vietnam, ou le Front national de libération du Sud Vietnam, mais également et massivement la population civile vietnamienne – qui pour une large part d’entre elle, notamment dans la partie sud du pays qui n’était pas encore réunifiée avec la partie nord – sympathisait effectivement aux forces qui résistaient à l’agression étasunienne.

Le tribut payé par le Vietnam, aussi bien en termes de pertes civiles comme militaires, fut tout simplement énorme: plus d’un million de tués sur le plan militaire, et entre un et deux millions de civils massacrés. Mais les souffrances du peuple vietnamien ne s’arrêteront pas aux énormes nombres de personnes tuées. L’utilisation massive d’armes chimiques par les agresseurs US, notamment de «l’agent orange», a provoqué des conséquences catastrophiques non seulement pour l’environnement et la santé des personnes ayant été touchées, mais également pour les enfants vietnamiens qui verront le jour après cette guerre néocoloniale.

Selon Tran To Nga, l’une des victimes de cet herbicide utilisé massivement par les militaires US contre la population vietnamienne, et qui se bat depuis des années pour que ledit préjudice soit reconnu, les effets de l’intoxication se font aujourd’hui ressentir jusqu’à la quatrième génération après la guerre. Et qu’au moins 100 000 enfants vietnamiens à ce jour sont atteints d’anomalies congénitales sérieuses.

Evidemment et au-delà de la honte des pratiques US à l’encontre de la population vietnamienne, l’humiliation sera aussi à la hauteur des crimes commis. Car les plus d’un demi-million de militaires US ne viendront jamais à bout de la résistance du Vietnam – un Vietnam qui vaincra ses ennemis et obtiendra également la réunification de tout le pays, avec le soutien de ses alliés – dont la Chine, l’URSS ou encore Cuba, forçant les USA à une défaite totalement humiliante. Cette résistance victorieuse continue à ce jour d’être étudiée par les principaux spécialistes du domaine militaire.

Et c’est peut-être d’ailleurs aujourd’hui la raison, au-delà de la capacité de nombre d’Etats à résister efficacement, tout en promouvant activement l’ordre multipolaire mondial – du rejet de la politique occidentale par une large part des populations du monde. Y compris même à l’intérieur de l’Occident. Après tout, les faux apôtres ne pourront jamais porter le mensonge indéfiniment. Même s’ils continuent à se positionner en de gentils agneaux.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2989

https://t.me/axe_afrique_russie/183

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10224271284903098

Donnant-donnant: la Russie se retire du traité Ciel ouvert

Après le retrait unilatéral des Etats-Unis du traité international Ciel ouvert, la Russie a à son tour annoncé le 15 janvier dernier sa décision de se retirer dudit accord. Une réaction attendue et comprise par les alliés de Moscou. Une chose est néanmoins certaine – le niveau de confiance entre la Russie et l’Occident est au point mort.

Les Etats-Unis ont officiellement quitté le traité international Ciel ouvert le 22 novembre 2020, sous l’administration Trump. Ledit traité, signé par 35 Etats et entré en vigueur en janvier 2002, avait mis en place un programme de vols de surveillance non armés sur la totalité du territoire des Etats signataires – visant ainsi à renforcer la compréhension et la confiance mutuelle entre ses participants, notamment dans le cadre de la collecte d’informations au sujet des forces militaires et des activités qui y sont liées.

Signé initialement dans la capitale finlandaise Helsinki le 24 mars 1992 – à une époque où nombreux se trouvaient encore dans l’euphorie d’une prétendue fin de la guerre froide et d’autres avaient l’espoir d’une nouvelle page relationnelle entre l’Occident et la Russie. Cet optimisme fut évidemment rapidement dissipé lorsqu’en lieu et place d’un dialogue honnête, l’Occident politique – USA à sa tête – avait commencé les atrocités liées au concept unipolaire du nouvel ordre mondial. Plusieurs pays souverains en paieront les frais. Parmi les premières fut la Yougoslavie.

L’Otan quant à elle, ayant pourtant donné des promesses non-réalisées au dernier président soviétique Mikhaïl Gorbatchev, notamment de ne pas aller à l’élargissement vers l’Est – fera tout le contraire – pour se retrouver un jour tout simplement aux portes des frontières russes. Evidemment et tant qu’en Russie se trouvait en place un pouvoir libéral pro-occidental, cela paraissait «bon enfant». Après tout pourquoi y voir un quelconque danger? Mais il a suffi que la Russie reprenne sa place au sein du concert des nations pour que cette présence devienne la source de multiples provocations. Et que l’implantation otanesque le long des frontières russes prenne une forme bien moins «amicale».

Les événements observés au cours des vingt dernières années ont confirmé une réalité simple : le monde avait indéniablement besoin de contrepoids. Dans le but de pouvoir bloquer lorsque cela est nécessaire les appétits néocoloniaux d’une minorité à l’échelle planétaire. Avec comme résultat une animosité sans précédent à l’heure actuelle, entre les Etats partisans du concept multipolaire du monde – devenu réalité, d’un côté, et les nostalgiques de l’unipolarité révolue de l’autre.

Mais malgré la nouvelle phase des tensions sans précédent entre l’Occident politique et la Russie, que nombre d’analystes appellent la Guerre froide 2.0, Moscou continuait à maintenir ses engagements dans le cadre des accords signés. Notamment celui du traité Ciel ouvert.

Plus que cela, après le retrait unilatéral de Washington du traité, ce dernier espérant faire de Moscou le dindon de la farce, les autorités russes avaient maintenu un dialogue sur le sujet avec les partenaires européens, également signataires et alliés des USA dans le cadre otanesque. Espérant obtenir des garanties sur la non-transmission des informations de la part des élites européennes – en vain. Pour autant, il serait fortement naïf que de croire que les Européens n’auraient pas partagé les informations recueillies sur la Russie avec leur maitre étasunien, d’autant plus que selon nombre de sources Washington aurait déjà mis en place un mécanisme lui permettant de collecter les informations sur la Russie, à travers des vols de reconnaissance effectués par les pays européens signataires du traité et alliés des Etats-Unis.

La Russie a donc pris ses responsabilités relatives à sa sécurité en annonçant à son tour les procédures de retrait du traité Ciel ouvert. C’est d’ailleurs ce qu’a rappelé le 27 janvier dernier le porte-parole du président russe Dmitri Peskov: «Le président Poutine avait souligné qu’après la décision de retrait des Etats-Unis du traité Ciel ouvert, la Russie continuait à chercher des moyens, une opportunité pour rester dans cet accord. Cependant, ces recherches n’ont donné aucun résultat et les négociations avec les Européens n’ont apporté aucun résultat positif. A partir de cela, la Russie a pris sa décision».

En d’autres termes – la Russie ne pourra plus réaliser de vols de surveillance coordonnés dans le cadre dudit traité au-dessus des USA, ni des pays européens signataires. Le fait est que ni Washington, ni ses alliés européens, ne pourront faire de même vis-à-vis de la Russie. Logique simple et réponse adéquate. Si certains pensaient que mettant à profit des sous-traitants, le résultat espéré pouvait être maintenu, ils se sont vraisemblablement trompés de calculs.

Du côté de la Chine, la décision russe a été soutenue. Ainsi, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a noté que le retrait de la Russie du traité Ciel ouvert était inévitable en raison de la position étasunienne sur cette question.

En conclusion, Washington, une fois de plus dans un style de poker raté n’a pas eu gain de cause. Mais en parlant du dindon de la farce, ne serait-ce pas la caractéristique, une fois de plus, des élites européistes? A force de vouloir appliquer les prérogatives washingtoniennes, dans un pur rôle de sous-traitants, il est logique de se retrouver en qualité de perdants d’une stratégie qu’ils ne maitrisent simplement pas. Et sur laquelle ils n’ont aucune influence, si ce n’est que d’en faire l’application.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2405

https://t.me/observateur_continental/817

Les vestiges de l’ère unipolaire: il y a 21 ans l’Otan bombardait la Yougoslavie

Avec la prétendue fin de la guerre froide, l’establishment occidental s’était fixé un objectif clair: démontrer son hégémonie par tous les moyens, y compris les plus agressifs. Les Etats récalcitrants devaient en payer les frais. La République fédérale de Yougoslavie fut l’une des premières victimes de cette politique néocolonialiste occidentale.

L’intervention otanesque contre l’Etat yougoslave, officiellement appelée «L’opération Force alliée» avait débuté le 24 mars 1999 et a duré 78 jours, jusqu’au 10 juin de la même année. Cette agression, en violation totale du droit international – faut dire aussi qu’à cette période le droit international n’existait de facto plus – s’est traduite par 37 465 missions aériennes, 8676 missions offensives avec un largage d’environ 23 000 munitions. Ladite opération d’agression contre un Etat souverain, en soutien à la sulfureuse milice de guerre kosovare Armée de libération du Kosovo (UÇK) a fait plus de 2000 victimes civiles yougoslaves (les sources de Yougoslavie faisaient référence à un chiffre allant jusqu’à 5700 civils), dont pas moins de 400 enfants, ainsi que près d’un millier de militaires yougoslaves. S’ajoutent à cela la destruction de 89 usines, 120 installations énergétiques, 128 autres installations industrielles, 48 hôpitaux, 82 ponts, 25 bureaux de poste, 70 écoles, 18 jardins d’enfants, 35 églises et 29 monastères.

Et là aussi ce ne fut pas tout. Suite au retrait des Forces armées de Yougoslavie du Kosovo, dans la période qui s’en est suivie, plus précisément du 10 juin 1999 au 27 février 2000, les terroristes de l’UÇK ont mené 4354 attaques contre les habitants de la province du Kosovo (dont 4121 contre les habitants serbes et monténégrins, 96 contre les Albanais pro-yougoslaves, 137 contre les Tsiganes et d’autres représentants ethniques). A ce jour, 821 personnes ont été portées disparues, parmi lesquelles 757 Serbes. Le nombre de personnes tuées est de 910 personnes – dont 811 Serbes. 802 autres personnes furent blessées, dont 751 habitants serbes du Kosovo.

Cela sans oublier le trafic d’êtres humains et d’organes organisé par les criminels de l’UÇK – l’allié de l’Occident politique. A ce jour – non seulement les responsables uckistes de ces crimes n’ont pas été inquiétés, mais bien plus que cela, ils continuent d’être reçus avec les «honneurs» à Washington, comme dans d’autres capitales occidentales.

La suite est connue aussi: la proclamation unilatérale «d’indépendance» le 17 février 2008 du Kosovo par les mêmes qui encore hier procédaient aux massacres et aux divers trafics barbares, et la reconnaissance immédiate de cet arrachement du berceau historique, spirituel et civilisationnel de la Serbie par les élites politiques de l’Occident. Face à eux – la Russie, plusieurs pays d’ex-URSS, la Chine, l’Inde, l’Iran, l’Afrique du Sud et plusieurs autres pays africains, la plupart des pays asiatiques et latino-américains – n’ont pas reconnu à ce jour la prétendue «indépendance» de la province serbe du Kosovo. A noter également que plus récemment et suite à la campagne diplomatique serbe lancée en octobre 2017, seize Etats sont revenus sur leurs décisions antérieures de reconnaissance.

Une chose est certaine: le précédent du Kosovo avait clairement démontré ce que représentait véritablement l’establishment occidental, dans toute sa «splendeur». Et aussi sur quel genre de criminels ce même establishment pouvait miser dans le but d’atteindre ses objectifs géopolitiques ou afin de punir les Etats désobéissants.

Evidemment et depuis beaucoup de choses ont changé. Le monde n’est plus le même et ne sera plus le même. Les grandes puissances non-occidentales, partisanes du nouvel ordre multipolaire, ont bel et bien pris leurs responsabilités – suivies dans cet élan par leurs alliés aux quatre coins du monde. Cette résistance et cette nouvelle solidarité internationale s’est traduite dans une opposition politico-diplomatique, économique, militaire et sécuritaire face à l’axe politique occidental pro-unipolaire. Et à ce titre, de nombreux Serbes ont aujourd’hui de quoi être fiers. Car malgré les agressions et humiliations subies, il est évident qu’ils ont pu largement contribuer à ce que la nouvelle ère multipolaire voit le jour. Et donc – leurs sacrifices n’ont pas été vains.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1473