Archives du mot-clé Zone de libre-échange

La zone de libre-échange africaine: l’Afrique en sera-t-elle gagnante?

Le projet de la zone de libre-échange continentale africaine semble aller dans la concrétisation. Nombre de questions quant à son application au niveau des pays du continent restent ouvertes et seront vraisemblablement une source de négociations supplémentaires. Le fait est que l’Afrique semble en effet suivre la voie d’une intégration continentale, propre au concept multipolaire.

Les chefs d’Etat de plusieurs dizaines de pays africains, réunis au cours des derniers jours en sommet extraordinaire, ont donné le feu vert pour le lancement de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), qui rentrera en vigueur dès le 1er janvier 2021. Evidemment nombre de questions pratiques restent encore en suspens, qui demanderont certainement une coordination supplémentaire entre pays concernés.

Selon Abdou Diop, président de la commission Afrique de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), cité par le journal économique marocain en ligne Médias 24, «jusque-là, la Zlecaf était un vœu. Mais à partir de ce sommet et de la ratification officielle par 34 chefs d’Etat (tous les pays du continent sont signataires, dont 34 ratificateurs, ndlr), l’accord peut entrer en vigueur. C’est une étape décisive qui a été franchie».

Bien que et toujours selon lui, plusieurs étapes doivent encore être réalisées. Notamment sur le plan procédural qui concerne la ratification complète au niveau des parlements des pays concernés – un point qui ne devrait pas connaitre de complication majeure. L’autre aspect concerne quant à lui le contenu de l’accord, plus particulièrement ses aspects techniques. Parmi les points qui connaitront certainement des discussions supplémentaires sont ceux liés au niveau de suppression des droits de douane, sachant que dans le cadre de l’accord sur la Zlecaf – les pays africains ont convenu de supprimer 90% des droits de douane sur une période de 5 à 15 ans, selon leur niveau de développement.

L’autre aspect important concerne quant à lui les règles d’origine. Plus exactement, le taux d’intégration de la production d’origine de pays africains du produit pour qu’il soit considéré comme étant apte à jouir de la zone de libre-échange. Un point qui nécessitera de trouver le juste milieu pour d’un côté promouvoir réellement une production africaine, de l’autre garder l’attractivité pour les investisseurs étrangers.

En termes de perspectives futures, les avis restent pour le moment partagés. Si pour certains experts, la Zlecaf représente une énorme chance pour l’Afrique d’accroitre les échanges intracontinentaux – qui restent faibles, surtout comparés à d’autres continents et régions du monde, le tout dans un cadre panafricain. Pour d’autres, ce sont principalement les grands groupes internationaux qui en seront les principaux bénéficiaires.

Mais peut-être que la réalité sur le court et moyen terme se trouve justement entre les deux « camps ». D’un côté, il est certain que dans un premier temps, les avantages d’une telle zone de libre-échange ne contribueront pas à tous de la même façon. En ce sens, ce sont les pays africains les plus industrialisés au niveau continental, possédant une infrastructure développée ou relativement développée, étant par la même occasion les plus attrayants en termes d’investissements directs étrangers (IDE), qui seront vraisemblablement plus avantagés dans la première phase de ce processus. A savoir l’Afrique du Sud, l’Egypte, l’Algérie, le Nigéria ou encore le Maroc. Mais ce qu’il faut certainement retenir, c’est qu’à terme les fruits d’une telle zone de libre-échange continentale devront être obtenus pour une bien plus large part de nations africaines.

Surtout si le taux de production africain augmentera progressivement. Pouvant permettre par la même occasion une augmentation considérable de transfert technologique et de savoir-faire – car il serait sans doute important de rappeler que la Zlecaf représentera un marché de plus d’un milliard de personnes.

En ce qui concerne la question si la concurrence extracontinentale augmentera lors de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine, la réponse est certainement oui. Il sera logique d’observer les multinationales occidentales tenter à tirer profit des avantages d’une telle large zone de libre-échange, en misant notamment sur les pays où ces multinationales sont bien établies. Mais il n’empêche qu’elles auront certainement à devoir faire face aux puissances non-occidentales – qui sont elles aussi de plus en plus actives sur le continent africain. En effet, des pays comme la Chine, l’Inde ou la Turquie ont déjà une présence industrielle réelle dans nombre de pays africains.

Restera évidemment à l’Afrique d’en être la principale gagnante. Et ce dans un cadre souverain et panafricaniste. Après tout, si dans le monde contemporain multipolaire, les espaces d’intégration régionaux et continentaux ne cessent de prendre de l’ampleur, notamment en Eurasie, Asie du Sud-Est ou en Amérique latine, et ce sans en demander l’avis des puissances occidentales, l’Afrique a toute la légitimité d’en tirer profit elle aussi. Et par la même occasion devenir un bloc puissant du monde multipolaire. Le chemin reste long mais peu de choses se sont faites du jour au lendemain.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/649

La plus grande zone de libre-échange au monde comme nouveau succès de la Chine

Le Partenariat régional économique global (RCEP) représente tout simplement l’accord commercial le plus important au niveau mondial en termes de PIB. Promu par la Chine, c’est désormais une réalité.

L’accord en question concerne une vaste zone de libre-échange entre les pays membres de l’Asean (Indonésie, Singapour, Vietnam, Malaisie, Thaïlande, Philippines, Cambodge, Birmanie, Laos, Brunei), ainsi que la Chine, la Corée du Sud, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. A noter que le RCEP représente ni plus, ni moins, 30% du PIB mondial.

Selon nombre de médias occidentaux, ce grand pacte commercial est considéré comme le moyen pour la Chine d’étendre encore plus son influence dans la région et d’en fixer les règles, face à la «passivité» étasunienne. 

Selon le correspondant pour l’Asie du Sud-Est et l’Inde du quotidien allemand Handelsblatt, Mathias Peer, grâce à cet accord la Chine étendra massivement son influence dans la région concernée. Toujours selon lui, tout en allant à l’avantage évident de Pékin, les conditions pour les entreprises US et européennes seront susceptibles de devenir au contraire plus compliquées.

Pour Gareth Leather, économiste spécialisé de l’Asie au sein du cabinet de conseil en recherche économique basé à Londres, Capital Economics, le RCEP «permet à la Chine d’émerger comme un fleuron de la mondialisation et du multilatéralisme», ainsi que d’être encore mieux placée pour définir largement les règles commerciales régionales.

Il est possible d’être d’accord sur un certain nombre de points avec les dits analystes occidentaux, mais il serait probablement important de rappeler que ce que recherche la Chine ce n’est probablement pas tant d’être le «fleuron  de la mondialisation, du moins telle qu’elle a été longtemps vue au sein de l’establishment occidental, mais bel et bien de renforcer encore plus le multilatéralisme – aussi bien dans les échanges économiques internationaux, et de façon encore plus générale dans les relations internationales.

C’est une approche logique – car si les USA, et plus généralement l’Occident politique, aient perdu sur la scène internationale le droit de s’autoproclamer «communauté internationale» et de jouer le rôle de gendarme planétaire sur la scène géopolitique mondiale, il n’empêche que les élites occidentales ont toujours espérer que via leurs leviers économiques existants, il leur sera possible de faire retarder au maximum le plein avènement du monde multipolaire. D’ailleurs, les diverses sanctions économiques occidentales visant les Etats souverains partisans du concept multipolaire, ne font que le confirmer.

Et c’est là que l’on arrive à tout le paradoxe de cette approche de l’establishment occidental, en premier lieu étasunien. S’étant longtemps autoproclamé «communauté internationale», tout en étant une minorité planétaire évidente, les élites occidentales ont très vite démontré que toutes les belles paroles sur l’égalité de tous, la libre concurrence dans le commerce international, n’étaient que des valeurs promues du moment que l’Occident pouvait en garder la mainmise et en être de loin le principal bénéficiaire. Mais face à des Etats devenus des adversaires géopolitiques, mais également géoéconomiques, le ton a rapidement changé.

De façon générale, si l’Occident s’est longtemps permis de regarder de façon moqueuse les divers processus d’intégration en cours dans l’espace non-occidental, aujourd’hui l’heure est clairement à l’inquiétude, ou du moins à un pragmatisme amer. Et ce pour la simple et bonne raison que tous ces processus d’intégration régionale et internationale, formés ou en poursuite de formation, deviennent inévitablement des alternatives fiables au concept unilatéral occidental.

Les BRICS, l’Union économique eurasiatique, l’Organisation de coopération de Shanghai et d’autres – ne font que confirmer que l’avenir du monde ne peut être que multipolaire. Désormais, avec le RCEP une nouvelle page s’ouvre. Pour autant, le fait que deux pays considérés comme étant occidentaux fassent partie dudit accord, en l’occurrence l’Australie et la Nouvelle-Zélande, confirme une chose simple: le partenariat multilatéral est ouvert à tous. A condition évidemment de comprendre que seule une véritable relation d’égal à égal aura un avenir dans le monde contemporain.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/573