Chine: l’écart de mentalité entre les acteurs occidentaux du monde politique et celui des affaires

Au moment où l’establishment politique de l’Occident, en perte évidente de vitesse dans les affaires internationales, tente de sauver la face en misant sur des actes typiques pour la guerre froide à l’encontre de ses principaux adversaires géopolitiques, l’approche des représentants du monde des affaires et de l’entreprenariat occidental se refuse pour nombre d’entre eux à suivre la démarche des élites politiques.

Les grandes entreprises occidentales, tout comme les PME, ne souhaitent vraisemblablement pas perdre les opportunités d’affaires existantes dans les pays considérés comme les principaux adversaires géopolitiques des élites politiques de l’Occident. Ce paradigme représente en soi un casse-tête supplémentaire, et non des moindres, pour l’establishment occidental, nostalgique résolu de l’ère unipolaire – totalement dépassée par la réalité multipolaire.

Le cas de la Chine en représente d’ailleurs un parfait exemple. La première puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat (PIB-PPA), représente non plus seulement le centre des grandes chaines de production à l’échelle mondiale, mais également et aussi un énorme marché pour les entreprises qui offrent leurs technologies et savoir-faire. La démographie alliée à un pouvoir d’achat qui n’a cessé d’aller fortement à la hausse au cours de toutes ces années constituent des éléments évidents et qui ne sont plus à démontrer.

Ainsi, et en ne souhaitant absolument pas perdre ces opportunités existantes, les entreprises occidentales, y compris des géants comme Apple, ont d’ores et déjà investi des multi-milliards de dollars en Chine, en échange du maintien de l’accès au marché local. Ceci d’ailleurs étant dit, le géant IT est aujourd’hui loin d’être la seule entreprise occidentale qui ne suit pas les appels des autorités US pour un désengagement avec Pékin.

Le tout au moment où l’establishment étasunien et occidental continue de nommer expressément la Chine et son renforcement international continu – comme une menace inconditionnelle pour les positions des USA dans le monde. Il faut également reconnaitre qu’il est en cela largement suivi par les médias occidentaux appelés dans le temps « mainstream ».

Au-delà des Etats-Unis, l’Union européenne n’est pas en reste. D’un côté, les politiciens bruxellois soutiennent pour une large part d’entre eux la rhétorique de l’allié (donneur d’ordre ?) étasunien, mais de l’autre Pékin est déjà devenu le principal partenaire économico-commercial de l’UE, ayant dépassé les USA. Et les opérateurs économiques issus de l’Europe bruxelloise qui travaillent avec la Chine ne souhaitent vraisemblablement pas participer à une quelconque hystérie anti-chinoise. Le plus souvent – bien au contraire.

De façon plus générale, les entreprises étasuniennes comme européennes qui possèdent un chiffre d’affaires important dans leur travail en Chine ou avec la Chine – sont justement celles qui bien souvent présentent les meilleurs indicateurs de rentabilité et de taux de dividende par rapport à leurs concurrents qui ignorent ou boycottent le marché chinois, en suivant la ligne des élites politico-médiatiques occidentales.

Pour beaucoup de ces entreprises occidentales, une dépendance s’est d’ailleurs créée vis-à-vis du marché chinois. Y compris parmi les géants internationaux. En supplément d’Apple déjà cité, Microsoft a installé son plus grand centre de R&D à l’étranger dans la capitale chinoise Pékin. Le leader du secteur des équipements réseaux Cisco avait investi 10 milliards de dollars dans ses projets en terre chinoise. On peut également citer Intel ou encore Dell – l’un des principaux fournisseurs US d’ordinateurs portables, qui avait annoncé un investissement de 125 milliards de dollars sur le marché informatique chinois, sur une période de cinq ans.

Evidemment, nombre des entreprises chinoises, y compris dans le secteur des nouvelles technologies, deviennent aujourd’hui de forts sérieux concurrents pour les entreprises occidentales à l’échelle internationale. Mais cela ne décourage vraisemblablement pas ces dernières à vouloir faire des affaires rentables avec l’énorme marché chinois – un marché de production, de recherches et de réalisations, et de consommation par la même occasion. Privilégiant une notion simple: business is business.

Dans le cas de la Russie, l’autre des deux principaux adversaires géopolitiques de l’establishment occidental, on peut clairement observer une approche des cercles d’affaires assez similaire, surtout du côté européen. Pour preuves – les nombreux opérateurs européens engagés dans la réalisation et le lancement du gazoduc Nord Stream 2, y compris dans le financement. A l’heure où les décisions irréfléchies des élites politiques bruxelloises contribuent à accentuer l’actuelle crise gazière hivernale, dans leur suivisme de la politique washingtonienne et étant incapables de défendre au mieux les intérêts des consommateurs et industriels européens.

Cela sans oublier les grands groupes occidentaux présents en Russie: de secteur de la finance à la grande distribution, de l’énergie à l’industrie alimentaire, la liste n’étant pas exhaustive. Et pratiquement aucune de ces entreprises ne souhaite perdre ses positions sur le marché russe, et au pic même des tensions géopolitiques continuent non seulement de s’accrocher à leurs positions, mais souvent passent même à l’extension de leur présence. Tout en sachant, que des opérateurs russes ou issus de pays non-occidentaux seraient pour nombreux ravis de pouvoir prendre leurs places.

Pour conclure, comment peut-on alors comprendre cette différence nette de mentalité et d’approche entre le business et l’entreprenariat des pays occidentaux d’un côté et leurs élites politico-médiatiques? Notamment du côté européen qui paie une facture bien plus large que le maître étasunien. «Valeurs communes» obligent ? Il n’en est rien car bien souvent une bonne partie des élites politiques européistes en fin de carrière deviennent de simples consultants ou orateurs pour le compte d’organisations basées en terre US. Avec des salaires qui leur permettent de maintenir leur mode de vie. Il est donc évident qu’afin de pouvoir espérer un poste payé par les partenaires US bien rémunéré, il faut encore le mériter. Et pour cela, tous les moyens sont bons. Y compris si cela va à l’encontre des intérêts de leurs propres citoyens et opérateurs économiques.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3450

https://t.me/axe_afrique_russie/328

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10225025581760048

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s