Archives du mot-clé Chine

Après l’Afrique du Sud, Pompeo s’attaque à la Chine

2-69

Suite aux récentes déclarations visant l’Afrique du Sud http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1406 , ayant provoqué un tollé au sein de la population de la puissance africaine et membre des BRICS, le secrétaire d’Etat étasunien Mike Pompeo est passé à de nouvelles accusations, cette fois-ci contre la Chine. Pékin n’a pas manqué d’y réagir vivement.

Ainsi, la Chine a exprimé, mercredi, son fort mécontentement et sa ferme opposition face aux accusations infondées du secrétaire d’Etat US, Mike Pompeo, à l’encontre du travail de prévention et de contrôle de la Chine face au nouveau coronavirus (COVID-19) et a exhorté la partie américaine à abandonner son biais idéologique et à cesser de saper la confiance et la coopération mutuelle, annonce l’agence de presse nationale chinoise Xinhua.

Pompeo est allé à proférer des accusations à l’encontre de Pékin suite à l’expulsion du territoire chinois des journalistes de Wall Street Journal (WSJ). Une expulsion qui selon lui «exposait les problèmes dans la réponse de la Chine au COVID-19» et que «si la Chine permettait à ses propres journalistes et aux journalistes étrangers de parler librement, la Chine et les autres pays seraient beaucoup mieux préparés pour relever ce défi».

La réponse du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian ne s’est pas fait attendre. En voici les points essentiels:

«Au moment où le peuple chinois met tout en œuvre pour lutter contre l’épidémie, M. Pompeo profère encore une fois des accusations infondées contre la Chine. Cela est odieux, et nous nous y opposons fermement»;

«Quant à l’article du WSJ avec son titre insultant, il ne s’agit pas d’une question de liberté d’expression et de la presse. Toutes les personnes, tant qu’elles ont une conscience et une ligne rouge, doivent rejeter et résister à ces paroles et actions racistes et injustifiées»;

«Même le WSJ a admis son erreur et a appris quelques leçons. Comment se fait-il que M. Pompeo, au mépris total de l’opinion publique de la communauté internationale, ait une nouvelle fois tenté de soutenir le WSJ en dénigrant la Chine ? On est en droit de se demander si le WSJ est une agence du département d’État américain»;

«Nous exhortons M. Pompeo à renoncer à son biais idéologique contre la Chine, à rejeter la mentalité de la Guerre froide et l’état d’esprit du jeu à somme nulle, à agir d’une manière qui convient à son statut, à cesser de saper la confiance mutuelle et la coopération entre la Chine et les Etats-Unis et à ne plus tenter de semer la discorde entre le Parti, le gouvernement chinois et le peuple chinois».

Maintenant pour parler perspectives, au-delà du fait qu’il est effectivement intéressant de se pencher sur la complicité entre les élites politiques et médiatiques étasuniennes, et plus généralement occidentales, notamment lorsqu’il s’agit d’attaquer les principaux adversaires géopolitiques et géoéconomiques de l’establishment US, bien que cela ne soit qu’un secret de polichinelle – la pseudo liberté d’expression dans les médias mainstream n’existe que pour ceux qui veulent encore y croire, ou font semblant d’y croire. Le fait est que du moment que l’establishment politique de l’Occident s’attaque aux intérêts de ses adversaires admis et déclarés, les médias mainstream ne manquent jamais l’occasion de le suivre au pays.

Maintenant et en ce qui concerne plus concrètement les récentes déclarations de Pompeo en tant que telles, rien de surprenant, ni de véritablement nouveau à l’horizon. S’attendre à une solidarité de la part d’un pays, qui souhaite se voir toujours comme le maître planétaire, vis-à-vis d’une grande nation qui fait de son mieux dans la gestion du fléau sanitaire actuel, ne relève tout simplement pas du sens réaliste. Au contraire, chaque défi qui concerne les nations indépendantes de la planète, y compris lorsque cela concerne un grand nombre de vies humaines, ne représente pour les élites occidentales, étasuniennes en tête, qu’une «opportunité» supplémentaire à pouvoir mettre de la pression sur les dites nations. Pour l’establishment US il y a quelques temps ce fut la Russie et la Chine – les deux principaux adversaires officiels et déclarés comme tels par Washington, puis ce fut le tour à l’Iran, la Syrie, plus récemment l’Afrique du Sud, et là nouvelle offensive contre Pékin. En effet, rien de nouveau à l’horizon.

Enfin et sans vouloir rentrer dans des thèses complotistes, néanmoins il est tout de même assez surprenant pourquoi à l’heure actuelle c’est la Chine et l’Iran qui subissent de plein fouet les conséquences du COVID-19, alors que l’obscurité continue de planer sur l’origine dudit virus, surtout lorsqu’on connait le haut niveau des médecines respectives de ces pays. Avouez tout de même qu’il y a de quoi se poser quelques questions. D’autant plus, que les seuls pays ayant exprimé véritablement leur solidarité avec la Chine dans cette situation ne sont autres que ses alliés: Russie, Iran, Cuba et nombre d’autres pays d’Amérique latine, ainsi que plusieurs pays africains. On arrive presque à croire que les malheurs humains en terre chinoise enchantent les élites occidentales. Peut-être même que si le virus ne se propageait pas au-delà des frontières chinoises, y compris maintenant en terre européenne, l’inquiétude sur leurs visages serait totalement inexistante.

Quoiqu’il en soit, la réponse du haut diplomate chinois Zhao Lijian à Pompeo est digne d’une grande puissance qui se respecte. Pour le reste, il est à croire que la Chine saura gérer de la meilleure manière qui soit le défi sanitaire du moment, avec l’assistance de ses véritables amis.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1418

Chine-Burundi: une alliance qui perdure

2-33

Au moment où le continent africain représente dans le cadre du monde multipolaire l’un des terrains géopolitiques majeurs de ce XXIème siècle, Pékin y renforce tout son potentiel – économique, diplomatique, politique, sécuritaire. Le Burundi, partenaire de longue date de l’Empire du Milieu en Afrique en représente un exemple supplémentaire.

Le mois dernier, le conseiller d’Etat chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi avait rencontré le chef de la diplomatie burundaise Ezechiel Nibigira http://french.xinhuanet.com/afrique/2020-01/12/c_138698259.htm . Le diplomate chinois N°1 avait alors déclaré que le Burundi est «un ami de tous les temps» de la Chine en Afrique, tout en soulignant que la confiance mutuelle politique à haut niveau constitue un caractère essentiel des relations bilatérales, marquées aussi par un fort soutien mutuel.

Cette référence au soutien mutuel est effectivement très correcte. En effet, Bujumbura accorde un soutien ouvert et déclaré à la politique chinoise – en Afrique et plus généralement à l’international. Côté chinois, Pékin a plusieurs fois apporté son soutien avec son allié russe à la défense de la souveraineté burundaise, au moment où le pays se trouvait sous vive pression occidentale. Depuis cette solidarité mutuelle exprimée, l’interaction entre les deux pays ne fait que s’accentuer.

D’ailleurs c’est aussi cela qu’avait rappelé Wang Yi lors de la rencontre de janvier avec son homologue du Burundi: «La Chine remercie le pays africain pour son soutien sur les questions concernant les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures de la Chine, et est disposée à aider le Burundi à défendre sa souveraineté, son indépendance et ses droits légitimes».

Le Burundi, dont la superficie est inférieure à 28 000 km2 et avec une population d’environ 11 millions de personnes, se trouve dans la région stratégique des Grands Lacs, possédant un grand rivage sur le Lac Tanganyika. Le pays est entouré par la République démocratique du Congo à l’ouest, le Rwanda au nord et la Tanzanie au sud et à l’est. Etant une ancienne colonie belge, l’ex-métropole coloniale n’a cessé jusqu’à aujourd’hui à tenter de maintenir son influence sur le pays. Mais dans les pressions occidentales récentes sur Bujumbura, Bruxelles était loin d’être seul – Washington et Paris y «contribuaient» largement aussi. Et c’est justement à cette période que le soutien de l’axe sino-russe au Conseil de sécurité de l’ONU a été sur beaucoup de points crucial dans la préservation de la souveraineté burundaise. Sans oublier évidemment aussi l’importante mobilisation nationale à l’intérieur ayant permis de faire face efficacement aux interférences mentionnées.

Depuis, le leadership du Burundi s’est beaucoup rapproché de Pékin comme de Moscou – devenus ensemble des partenaires privilégiés de ce pays d’Afrique de l’Est. Dans le cas de la Chine, ce qui est particulièrement intéressant de noter dans ses actions récentes en direction de l’Afrique est qu’on assiste non plus seulement à la promotion des énormes intérêts économiques conjoints (y compris dans le cadre du grand projet de l’Initiative la Ceinture et la Route), mais aussi à une diplomatie efficace qui permet à Pékin et à ses alliés d’avoir des voix de soutien sur l’arène internationale, et notamment dans le cadre onusien.

L’Afrique qui compte plus d’une cinquantaine d’Etats a incontestablement son mot à dire dans le nouveau monde multipolaire. Et bien qu’un certain nombre de pays africains soient encore sous l’emprise occidentale, l’axe sino-africain s’affirme de plus en plus fortement à l’heure actuelle. Et c’est probablement la meilleure réponse possible au groupe de pays au passé colonial et présent néocolonial qui pensent toujours être en mesure de pouvoir « isoler » des Etats menant une politique indépendante et souveraine. Fort heureusement, les instruments de riposte efficaces et intelligents ne manquent pas dans la réalité d’aujourd’hui. Et ce au grand désarroi de ceux qui restent incapables, encore, de le comprendre.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1385

Chine-Zimbabwe: unis face à l’unilatéralisme occidental

1-21

Traditionnellement, le ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine se rend à chaque début d’une nouvelle année en terre africaine, une tradition qui ne change pas depuis les trente dernières années. Mais au-delà de l’aspect traditionnel de telles visites, le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi a fait plusieurs déclarations importantes.

Le fait que l’Afrique représente l’une des principales priorités de la politique extérieure de Pékin est un fait connu. Parmi les principaux partenaires de l’Empire du Milieu sur le continent on retrouve évidemment le Zimbabwe. Les relations bilatérales ne datent d’ailleurs pas de l’époque récente, sachant que la Chine avait participé, tout comme en son temps l’URSS, au soutien à la lutte du peuple zimbabwéen contre le néocolonialisme britannique.

S’exprimant en conférence de presse avec son homologue zimbabwéen Sibusiso Moyo http://french.xinhuanet.com/afrique/2020-01/13/c_138701227.htm , le haut représentant chinois au-delà de rappeler la longue histoire de coopération et d’amitié qui lie la Chine à l’Afrique, et notamment au Zimbabwe, n’a en outre pas manqué de faire des déclarations qui ne plairont probablement pas à l’establishment occidental.

A commencer par l’appel de mettre fin aux sanctions occidentales unilatérales visant le Zimbabwe (des sanctions principalement étasuniennes et britanniques), exprimant ainsi sa solidarité avec Harare et les autres pays africains ayant participé à cet appel. «Les sanctions unilatérales imposées au Zimbabwe par certains pays et institutions n’ont aucune base en termes de droit international, et portent atteinte aux droits et aux intérêts de développement légitimes du Zimbabwe», a déclaré M. Wang.

Mais ce ne fut pas tout. Le conseiller d’Etat chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi s’en est également pris à «l’unilatéralisme, des politiques de pouvoir et à la mentalité de la guerre froide» de certains Etats. Ajoutant qu’il était important de renforcer la communication et la coordination sino-africaines, de démontrer le pouvoir de la solidarité et de générer une voix unique pour préserver les droits légitimes des peuples chinois et africains dans le but de s’opposer à l’ingérence extérieure, de poursuivre l’équité et la justice et d’obtenir une vie meilleure.

Ce qui est intéressant à noter dans ces déclarations du chef de la diplomatie chinoise, c’est que désormais Pékin accentue sa voix non plus seulement sur les questions d’ordre économique le liant fortement avec les Etats africains, mais qu’on y retrouve une voix politico-diplomatique de première envergure, axée sur la défense de la multipolarité, sur le soutien à ses alliés, et une opposition ouverte et officielle aux politiques d’un certain nombre de capitales, qui se reconnaitront sans aucun doute.

Et connaissant tout le poids et la puissance du pays qu’il représente, que ce soit démographiquement, économiquement, politiquement et militairement parlant, il est bien peu probable que ces appels passent inaperçus. Ni du côté des pays occidentaux. Ni du côté des pays africains qui attachent une très grande importance aux déclarations venant de Pékin – devenu depuis déjà plusieurs années le principal partenaire économico-commercial du continent.

Pour revenir maintenant à la question des sanctions, y compris celles qui visent particulièrement le Zimbabwe (mais pas seulement), l’Occident politique – qui adorait depuis la fin de l’URSS à parler de sa capacité à faire isoler les Etats désobéissants – ne court-il pas au final le risque de se retrouver soi-même dans l’isolement?

Rien n’est impossible dans cette nouvelle ère. Représentant pas plus de 10% de la population terrestre, sachant d’autant plus que nombre de citoyens de pays occidentaux sont loin d’être solidaires avec leurs gouvernements respectifs, ayant en face des puissances dites «émergentes» qui dépassent déjà et dans plusieurs secteurs les économies dites «développées», les élites occidentales feraient au contraire bien mieux de sauter dans le dernier wagon du train multipolaire déjà en marche. Surtout face au duo russo-chinois au Conseil de sécurité de l’ONU et à la grande majorité de pays n’appartenant pas au monde occidental. L’Afrique, à elle seule, représente plus d’une cinquantaine de pays-membres de l’ONU, parmi lesquels de nombreux assument aujourd’hui pleinement leur indépendance et leur souveraineté. La minorité sanctionnant donc une majorité risque fortement à terme de se retrouver soi-même sanctionnée et isolée.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1331

USA-Europe: les divergences s’accentuent. Quelle sera la suite?

Au moment où le monde multipolaire continue de s’imposer à divers endroits de la planète, devenant une réalité qu’il est aujourd’hui plus que difficile de nier, les divergences entre les partisans de l’unipolarité révolue ne font que s’accroitre, en premier lieu entre les USA et les principales puissances européennes.

Alors que les Etats-Unis s’attèlent de toutes leurs forces à maintenir leur domination mondiale, qui pourtant poursuit sa tendance à la baisse, ce désir de dominer s’étend largement à ses «alliés», en premier lieu européens. Au point de menacer par des sanctions non plus seulement ses adversaires géopolitiques et géoéconomiques – reconnus officiellement comme tels, comme la Chine et la Russie – mais également ses propres soutiens politico-diplomatiques-sécuritaires, en voulant frapper leurs intérêts économiques majeurs.

Dans ce paradigme, il est particulièrement intéressant d’observer les cas de l’Allemagne et de la France, des pays qui sont indiscutablement des leaders économiques au niveau de l’UE continentale. Les leaders de ces nations ont récemment tous les deux assez ouvertement critiqué certaines des politiques étasuniennes, tout en insistant sur la nécessité d’une politique plus souveraine et indépendante européenne.

Ainsi, en novembre 2019 le président français Emmanuel Macron, dans un entretien accordé au magazine britannique The Economist, est allé jusqu’à parler de «mort cérébrale de l’Otan». Les autres points importants soulevés par le chef de la Cinquième République concernaient eux la nécessité pour l’Europe de gagner en autonomie dans le domaine de la sécurité et des questions stratégiques, ainsi que de reprendre le dialogue avec la Russie. Son de cloche semblable en partie dans les déclarations d’Angela Merkel qui parledu besoin de développer le potentiel militaire européen dans le contexte de «l’évolution» des relations avec les Etats-Unis. Toujours selon elle, alors que «l’attention des Etats-Unis sur l’Europe s’affaiblit, les Européens devraient donc assumer davantage de responsabilités». Ceci étant dit, Merkel semble au contraire reconfirmer son ferme attachement à l’Otan, appelant par la même occasion à augmenter les dépenses des pays-membre de l’alliance, gardant ainsi une démarche toujours atlantiste.

Le souci maintenant c’est justement qu’il est tout simplement impossible de pouvoir parler d’une politique indépendante et souveraine de l’Europe, du moment que cela reste sous le parapluie otanesque. Sachant que l’Otan était, est et restera l’instrument par excellence des USA, non seulement dans le cadre des interventions néocoloniales – devenues tout de même plus difficiles à mettre en œuvre ayant en face la réalité multipolaire – mais aussi dans le but de maintenir la domination et le contrôle sur ses prétendus «alliés». A ce titre, il serait erroné de parler d’un manque d’intérêt des Etats-Unis vis-à-vis de l’Europe, sachant que le désir de Washington de garder son pré-carré en terre européenne ne diminue aucunement. Et cela se traduit aussi bien par la présence militaire que la pression économique, sans oublier la volonté d’élargir fortement sa présence énergétique.

A ce titre, les sanctions récentes annoncées par l’establishment étasunien visant les compagnies européennes participant aux travaux du gazoduc Nord Stream 2, reliant la Russie à l’Allemagne, ne font que le confirmer pleinement. La question se devant d’être posée maintenant: les principales puissances européennes auront-elles le courage de dire à un moment stop à l’arrogance du grand frère outre-Atlantique, se permettant sans vergogne de frapper leurs intérêts économiques et énergétiques, sans parler même d’assumer leur souveraineté inexistante et inacceptable pour Washington? Rien n’est moins sûr. Car si la Turquie d’Erdogan, elle aussi membre de l’Otan, a eu le courage de ne pas céder aux pressions US, notamment dans le cadre de l’acquisition du système russe S-400, assumant sa souveraineté et agissant conformément à ses propres intérêts nationaux, et s’affirmant par la même occasion comme une puissance régionale et internationale, rien ne présage encore pour le moment une telle capacité d’indépendance du côté de Berlin et de Paris. Faisant d’eux par la même occasion des sortes de périphéries de la politique internationale.

Les dernières actions en date, notamment vis-à-vis de l’Iran, le confirment pleinement aussi. Le tout au grand dam de leurs propres populations et cercles d’affaires, fatigués de subir le diktat du maitre étasunien, de même que les conséquences en termes de pertes économiques fortement importantes. La question reste la même: les élites ouest-européennes continentales sauront-elles, un jour, être à l’écoute des citoyens qu’elles sont censées représenter? L’avenir nous le dira. Mais en attendant la réalité reste encore bien morose pour la souveraineté européenne.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1325

Moyen-Orient, Afrique du Nord: l’Eurasie s’impose

92

A un moment où de nombreux regards sont portés en direction de la région stratégique du Moyen-Orient, sans oublier l’Afrique du Nord et notamment la Libye, il apparait de plus en plus clairement que les puissances eurasiennes deviennent les acteurs clés dans les affaires internationales.

Peu l’auraient cru dans les années 1990, voire même au début des années 2000. Que des pays comme la Russie, la Turquie, l’Iran et bien évidemment la Chine deviendront des puissances de premier plan. Si la première, à la chute de l’URSS, était considérée comme une superpuissance devenue une puissance régionale sans avenir, et que l’Empire du Milieu n’avait pas encore atteint la puissance actuelle, quant à la Turquie et à l’Iran, peu les voyaient capables de jouer un rôle réellement important sur l’arène internationale.

Mais les années ont passé, le monde a évolué. Au-delà du développement propre à chacun de ces pays, il y a aujourd’hui des caractéristiques qui les rassemblent. Mis à part le fait d’appartenir à la grande famille eurasienne des peuples, ce sont des nations pleinement souveraines et maitres de leurs destins respectifs. Enfin, et cela est tout aussi important, ces nations soutiennent l’idée que seul un monde multipolaire peut apporter un développement juste à l’humanité. En rejetant le fait qu’un seul pays puisse se proclamer en hégémon mondial, comme ce fut le cas lors de la dislocation de l’Union soviétique, et forcer les autres nations à adopter son agenda sans demander l’avis des pays concernés, au risque de se retrouver devant le feu d’une attaque militaire ou économique dudit hégémon autoproclamé, en la qualité des USA.

Mais comment ces puissances eurasiennes collaborent-elles entre elles à l’heure d’aujourd’hui? Si l’interaction russo-chinoise n’est plus vraiment à présenter, depuis plusieurs années déjà elle couvre pratiquement tous les secteurs possibles : politico-diplomatique, économique, militaire et sécuritaire. Les deux nations étant des membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, leur solidarité à ce niveau a été sans précédent depuis plusieurs années maintenant. Sur pratiquement tous les dossiers internationaux, Moscou et Pékin ont adopté des positions communes, ou très proches: Syrie, Venezuela, Burundi, et bien évidemment l’Iran. Le tout presque toujours en opposition au trio occidental du CS onusien USA-Royaume-Uni-France. Equilibrant ainsi définitivement la balance internationale. Au niveau économico-commercial, le volume annuel des échanges entre les deux pays dépasse 100 milliards de dollars, tout en sachant que les présidents chinois et russe ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. S’ajoutent à cela les très réguliers exercices militaires conjoints entre les deux nations.

Dans le cas de l’Iran, Pékin comme Moscou partagent avec la puissance perse des relations étroites et privilégiées. Que ce soit sur le plan économique: à l’heure des nombreuses sanctions économiques étasuniennes, y compris sur les exportations pétrolières iraniennes, des sanctions suivies et appliquées par les alliés de Washington, y compris européens, la Russie et la Chine au contraire continuent d’augmenter leur interaction respective avec Téhéran. Sur le plan militaro-sécuritaire, les trois nations ont mené récemment des exercices militaires conjoints à grande échelle – des exercices qui, sans surprise, n’ont pas trouvé appréciation auprès des élites étasuniennes et otanesques. Et ce n’est pas tout: lors des tensions actuelles entre l’Iran et les Etats-Unis, Moscou comme Pékin n’ont pas manqué d’afficher leur solidarité avec l’allié iranien, notamment en bloquant le texte occidental à l’ONU – qui visait à condamner la prétendue attaque contre l’ambassade US dans la capitale irakienne Baghdad, sans faire aucune mention de la violation flagrante du droit international lors du lâche assassinat du général iranien Qassem Soleimani dans une frappe étasunienne. Cela sans oublier l’alliance stratégique anti-terroriste entre la Russie et l’Iran en Syrie, une alliance militaire, aux côtés de l’armée gouvernementale syrienne, ayant été décisive dans la défaite des terroristes de Daech et d’Al-Qaida dans ce pays-civilisation.

Enfin et dans le cas de la Turquie, le pays a fait un long chemin lui aussi depuis les années 1990. D’un pays considéré par beaucoup comme «périphérique», devenu aujourd’hui une puissance régionale incontestable, politique comme économique, et ayant son mot à dire sur de bien nombreux dossiers internationaux. Bien que restant pour le moment membre de l’Otan, le leadership turc a choisi la voie d’une véritable indépendance et souveraineté, aussi bien dans ses prises de décisions politiques, que dans le cadre de son interaction avec les partenaires étrangers. La Turquie s’étant beaucoup rapprochée de la Russie, au point que les deux pays aujourd’hui sont indiscutablement des partenaires stratégiques, que ce soit sur les plans économique, énergétique, et plus incroyable encore militaro-technique. A ce titre l’acquisition par Ankara du système antimissile russe S-400 a semé le désarroi au sein de ses partenaires otanesques, USA en tête. Et malgré toute la pression qui fut exercée sur la Turquie pour mettre un terme à ce contrat, le leadership turc n’a pas fléchi. Sur le plan des dossiers internationaux, la Turquie partage la position de la Russie, de la Chine et de l’Iran en soutenant le gouvernement légitime du Venezuela, en opposition avec les Occidentaux. Si dans le dossier syrien et plus récemment libyen, Ankara avait des intérêts parfois divergents, le dialogue de confiance et pratiquement permanent qui existe entre la Russie et la Turquie laisse présager que les deux pays continueront à trouver des solutions, y compris là où personne ne s’y attendait. Dans le cas de la Libye – pays détruit suite à l’intervention occidentale de 2011 et plongé depuis dans le chaos – les deux nations semblent avancer vers une solution qui puisse permettre à terme à ce pays nord-africain de sortir de la violence permanente. Faisant par la même occasion de Moscou et d’Ankara une fois encore des acteurs clés dans cet autre dossier international. Le tout au moment du lancement du gazoduc Turkish Stream, au grand dam des USA. Et de la déclaration conjointe adoptée par les deux présidents à Istanbul, juste avant la cérémonie de lancement du gazoduc, qui condamne l’assassinat étasunien du général Qassem Soleimani.

Une chose est certaine. La puissance de l’Eurasie n’a pas encore atteint son apogée. Mais représente d’ores et déjà très vraisemblablement la solution aux différentes crises internationales, bien souvent lancées et entretenues par l’Occident politique.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1315

Comment le mainstream couvre le 20ème anniversaire de la rétrocession de Macao à la Chine

12-39

Alors que la République populaire de Chine observe les festivités célébrant le 20ème anniversaire du retour de Macao dans le giron national, après 400 ans d’administration coloniale portugaise, il est intéressant de se pencher sur ce énième exemple du miracle économique chinois, mais également et surtout sur comment les succès de Pékin continuent d’attiser la jalousie du mainstream occidental.

Macao, considéré comme le dernier comptoir et la dernière colonie européenne en Chine et en Asie, s’est réellement métamorphosé en un espace de temps réduit. Sa population a augmenté de 50%, sa richesse elle a été multipliée par six. Selon une étude publiée par le FMI l’année dernière, le PIB de Macao devrait atteindre l’année prochaine 143 000 dollars par habitant, et dépasser ainsi celui du Qatar – actuel premier mondial. Ce succès économique de la région de Macao est dû principalement à deux facteurs: le tourisme et les jeux d’argent, étant une zone abritant un très grand nombre de casinos. Fait notable: les revenus des casinos de Macao sont trois fois supérieurs à ceux de Las Vegas.

Au-delà de ces succès économiques et de l’importance de ces succès pour Macao et pour la Chine en général, il est intéressant de se pencher sur les différences de couverture médiatique. Si pour les médias gouvernementaux chinois, l’heure est clairement à la célébration  , les grands titres des médias occidentaux mélangent un air de jalousie vis-à-vis des réussites du géant asiatique, et le regret que Macao soit loin de suivre les opinions protestataires de Hong Kong – autre région stratégique pour l’Empire du Milieu, rétrocédée à Pékin en 1997 après avoir été une colonie britannique.

En parlant de la presse française, voici quelques exemples de titres sur le sujet: «Xi Jinping joue Macao contre Hong Kong» (Le Figaro) ou «Macao, l’anti-Hongkong qui plait à Pékin» (Le Monde). Un parallèle ouvertement malsain, mais tellement habituel, du mainstream occidental, souhaitant comme à son habitude chercher et trouver dans le succès de ses concurrents géopolitiques et géoéconomiques des failles et des points faibles.

Pourtant, cette rhétorique habituelle anti-chinoise des «bien-pensants» mainstrimois confirme plusieurs choses, pour beaucoup connues elles aussi. Que d’une part l’establishment politico-médiatique occidental est plus qu’intéressé dans la déstabilisation intérieure en Chine. Et le soutien ouvertement affiché aux manifestants hostiles à Pékin à Hong Kong le confirme pleinement. Ceci étant dit, le leadership chinois a réussi jusqu’à maintenant à gérer cette contestation pro-occidentale avec une approche sage qui lui est propre, tout en défendant au mieux sa souveraineté sur le plan politico-diplomatique.

Mais l’Occident politico-médiatique oublie une autre chose – ce même Occident qui adore accuser les partisans de l’ordre multipolaire d’interférence dans les processus politiques d’un certain nombre de pays, dont occidentaux – à travers cette approche connue et reconnue depuis de longues années, il ne fait que faire découvrir ses véritables intentions et son véritable visage. Et surtout démontrer une fois de plus qui interfère réellement dans les affaires intérieures d’Etats souverains. Imaginons ne serait-ce qu’une seconde, que Pékin, Moscou, Téhéran, Ankara ou Caracas, puissent apporter un soutien déclaré aux Gilets Jaunes en France? Quelle serait alors la réaction des «bien-pensants» du Monde et du Figaro? Probablement très différente.

Après cela, ces mêmes donneurs de leçons se fâchent lorsqu’ils finissent par sortir de leur petit monde et découvrir enfin ce que pensent nombre de leurs concitoyens, ainsi que les citoyens des pays de présence des intérêts de l’Elysée, notamment africains. L’establishment français avait même parlé de larges campagnes anti-françaises en Afrique. Mais la chose que ce même establishment n’a toujours pas réussi à saisir, c’est qu’à l’heure d’aujourd’hui il n’y a plus grand besoin de quelconques campagnes pour condamner quoi que ce soit. A l’heure où l’information s’échange en un espace de temps record et où grand nombre de personnes souhaitent comparer diverses sources informationnelles pour pouvoir soi-même analyser et se faire une opinion, l’approche hypocrite et faussement humaniste des élites politico-médiatiques occidentales est déjà condamnée depuis un bon moment.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1292

Le Pentagone préoccupé quant à l’augmentation des sentiments pro-russes au sein des militaires US

12-19

Selon une enquête récente, 46% des militaires étasuniens et membres de leurs familles interrogés considèrent la Russie en tant qu’alliée des USA. Ce qui évidemment ne peut ne pas susciter une vive inquiétude au sein de l’establishment militaire et politique washingtonien.

C’est le titre du moment de plusieurs médias US, dont Voice of America (VOA) – propriété de l’Etat américain, ayant joué un rôle actif de propagande notamment durant la Guerre froide. Aujourd’hui, ce même média s’alarme en compagnie des hauts cadres militaires et politiques US de la montée sans précédent des sympathies des militaires américains et de leurs proches vis-à-vis de la Russie. Evidemment, cette nouvelle réalité a une explication selon le média mainstream.

«Les tentatives russes d’affaiblir l’Occident à l’aide d’une campagne informationnelle sans fin ont peut-être commencé à porter leurs fruits. Cette fois-ci se sont retrouvés sous le coup les militaires américains. Bien que la plupart des citoyens US considèrent toujours Moscou comme l’un des principaux adversaires des Etats-Unis, les résultats d’un nouveau sondage d’opinion suggèrent que ce point de vue a commencé à changer, en particulier parmi les troupes américaines et leurs familles», s’insurge Voice of America.

Les résultats de l’enquête d’opinion ressortent de la deuxième étude annuelle Reagan sur la défense nationale, achevée en octobre, à l’issue de laquelle près de la moitié des militaires interrogés et des membres de leurs familles – en l’occurrence 46% – ont déclaré qu’ils considéraient la Russie comme un allié. L’article de VOA note par la même occasion que c’est un chiffre plus élevé qu’au niveau de la moyenne globale étasunienne – où de tels sentiments sont partagés par 28% des citoyens US. Ceci étant dit – nouvelle alerte: c’est un chiffre également en augmentation par rapport à l’année dernière, lorsque seulement 19% des citoyens américains avaient exprimé une telle opinion.

Evidemment selon les hauts responsables de l’establishment militaire et politique étasunien, cités par VOA, les deux principales raisons à un tel changement d’attitude sont les suivantes: la «désinformation russe» et les déclarations prétendument «positives» du président Donald Trump à l’encontre de la Russie.

«Du côté de la Russie, des tentatives sont faites pour inonder les médias de désinformation afin de semer le doute et la confusion», a déclaré la porte-parole du département de la Défense étasunien Carla Gleason. «C’est dangereux» – déclare de son côté Jorge Benitez, chercheur senior chez Atlantic Council et spécialiste de la sécurité nationale et des relations avec la Russie.

Sans reprendre toutes les déclarations hautement «alarmantes» des élites étasuniennes quant à ce résultat, cités dans l’article de VOA – pour ceux qui le souhaitent peuvent le lire intégralement https://www.voanews.com/usa/pentagon-concerned-russia-cultivating-sympathy-among-us-troops , essayons maintenant de comprendre ces résultats et surtout les raisons.

Tout d’abord, il serait bon de rappeler qu’au sein de la population US, ceux qui sont le plus enclins à subir la propagande russophobe de leurs élites, c’est justement les militaires étasuniens – à qui jour et nuit sont rappelés qui sont les principaux adversaires des Etats-Unis au niveau mondial. Et cela est connu et officiel: Russie et Chine. Donc si subitement ces mêmes militaires se retrouveraient sous le coup de la prétendue «propagande russe», on est en droit de se poser deux questions qui en ressortent logiquement. La première: l’information alternative venant de Russie, comme des autres pays partisans de l’ordre mondial multipolaire, serait-elle donc à ce point plus efficace que la puissance des médias mainstream? Tout en sachant que le rapport de force en termes de nombre des médias concernés et des finances à disposition est très clairement en faveur des seconds. Deuxième question: si les prétendues campagnes de « désinformation » seraient si puissantes, comme le prétendent les hauts représentants de l’establishment étasunien, les citoyens US seraient-ils donc si facilement manipulables? A moins de douter fortement des capacités intellectuelles de leurs propres citoyens, il est difficile de donner une autre réponse à cette question.

Mais peut-être que tout simplement l’explication est bien ailleurs? Peut-être que nombreux de ces militaires US, ont un peu de mal à voir l’ennemi juré de leur pays en un Etat qui a largement prouvé son efficacité dans la lutte antiterroriste? Et notamment dans la région du Proche et du Moyen-Orient, abritant tellement de militaires américains, qu’il est un peu difficile de ne pas s’en apercevoir. Peut-être aussi, que nombreux de ces militaires US comprennent les erreurs de masse et actions criminelles de leur propre pays à divers endroits du globe, dont au Moyen-Orient, dans le cadre des nombreuses interventions néocoloniales violant la souveraineté des Etats ayant subi ces interventions?

Une chose est néanmoins sûre. A travers ce changement radical d’opinions, et comme déjà dit maintes fois précédemment, les partisans de la multipolarité ne se trouvent pas seulement dans les nations non-occidentales – bien que représentant l’écrasante majorité de l’humanité. Ils sont également nombreux dans les pays occidentaux, y compris aux USA, même si une large partie de leurs élites s’obstine aveuglement à refuser de reconnaitre la nouvelle réalité mondiale. Une réalité multipolaire et point.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1271