Archives pour la catégorie politique internationale

Esclavage en Libye : que les vrais responsables assument leurs actes !

Des réfugiés, le port de Benghazi, Libye. Photo d'archive

L’Occident se rend à l’évidence: le chaos qu’il a créé en Libye par son intervention militaire de 2011 a les pires conséquences: trafic d’esclaves et développement de l’islamisme radical. Si l’on constate un début de prise de conscience, elle restera insuffisante tant que les vrais responsables de cette tragédie ne répondront pas de leurs actes.

Le cas de la Libye est désormais un cas d’école —d’école néocoloniale, faut-il le préciser?— . Il s’agit d’un échec occidental considérable.

En mars 2011, l’Otan lance une intervention militaire contre la Jamahiriya libyenne de Mouammar Kadhafi. Un viol de la souveraineté d’un pays, outrepassant le mandat onusien accordé sous prétexte «d’intervention humanitaire» qui aboutira à l’assassinat sauvage de Kadhafi, de milliers de Libyens et d’autres Africains. Ce pays était l’un des plus prospères sur le continent africain: il accueillait un grand nombre de migrants d’Afrique et même de l’UE et pratiquait une politique sociale assez unique.

Tout cela est du passé.

Il est maintenant détruit et connaît l’une des pires formes de «somalisation» qui puissent être. La Libye actuelle, si on peut encore parler de Libye, est devenue une plaque tournante de trafics en tout genre, notamment d’êtres humains. Et l’un des hauts lieux du terrorisme salafiste international. Un pays que chaos, racisme et extrémisme caractérisent, comme le démontrent les dernières révélations des médias mainstream.

Tout récemment, ce qui se disait déjà depuis longtemps dans les médias alternatifs a été confirmé par la chaîne étasunienne CNN, probablement car l’évidence était devenue impossible à cacher: l’existence d’un sinistre système de marchés d’esclaves sur le territoire libyen. En effet, des ressortissants d’Afrique subsaharienne transitant par la Libye pour tenter d’arriver en Europe et y trouver une vie meilleure, venant le plus souvent de pays se trouvant toujours sous mandat occidental, car vous n’y trouverez pas de Sud-Africains, d’Angolais ou de Namibiens (ceux que l’URSS avait soutenus en son temps), sont vendus quelques centaines de dollars par des extrémistes salafistes —les mêmes sur lesquels l’Otan s’est appuyés pour éliminer Kadhafi.

C’est une honte. Pour ne pas revenir sur des sujets précédemment traités, à savoir que la Russie et certains autres pays responsables ne permettront certainement plus au Far-West d’agir impunément, parlons justement de responsabilité.

Un millier de personnes est descendu dans les rues de Paris pour manifester; notamment devant l’ambassade de Libye. C’est bien, mais est-ce suffisant? Probablement pas. Car tous les responsables de la tragédie libyenne doivent rendre des comptes et notamment l’ex-président Nicolas Sarkozy ou encore le «philosophe» de guerre Henri-Levy, alias BHL (persona non grata en Russie), tous deux de grands «artisans» de la guerre contre la Libye.

Car même si ces fameux représentants de l’establishment occidental pensent encore être intouchables, ils doivent bien garder une chose en tête: dans ce Nouveau Monde et le système qui l’accompagne, il n’y a plus «d’élus». Ce qui signifie que d’une façon ou d’une autre, il va falloir rendre des comptes. D’autant plus que ces élites occidentales refusent de faire leur mea culpa. Et lorsqu’ils le feront, il sera déjà trop tard, sans aucune possibilité de pardon.

Et ce n’est pas à La Haye qu’ils seront jugés, mais bien dans l’un de ces pays ayant souffert de cette arrogance occidentale. Ils ne manquent pas, tant il est vrai que l’histoire de l’Occident se répète ad nauseam: possédant peu de ressources naturelles, l’objectif a toujours été de les chercher et de les trouver ailleurs, même si pour cela il fallait massacrer les populations locales.

Et même aujourd’hui, en ce XXIe siècle, l’Occident arrogant ne souhaite toujours pas accepter une autre réalité: celle d’une concurrence loyale où chacun pourrait présenter au mieux ses atouts, dans une optique gagnant-gagnant. Cette logique ne rentre évidemment aucunement dans la mentalité des élites occidentales, pour qui seule la force paie.

Quant à la Libye, personne ne peut aujourd’hui dire quand est-ce qu’elle pourra retrouver ne serait-ce qu’une partie de sa stabilité d’antan. Personne. De plus en plus de Libyens regardent de nouveau en direction de Moscou, mais aussi de Pékin pour tenter de sauver la situation de leur pays. Rien n’est à exclure.

Mais pour commencer, il faudra déjà éliminer les intérêts occidentaux responsables de ce chaos et les extrémistes salafistes, alliés par excellence de cet Occident politico-médiatique irresponsable.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201711201033961981-libye-esclavage/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Daech anéanti par l’armée syrienne et ses alliés. À qui le tour?

La ville d'Abou Kamal

Fin septembre 2015, la Russie intervient dans la lutte antiterroriste en Syrie à la demande du gouvernement légitime de ce pays, sous le feu des critiques occidentales. Alors que l’opération touche à sa fin, ses résultats parlent d’eux-mêmes.

C’est fait. La Syrie et ses alliés ont vaincu Daech et ses soutiens. La ville d’Abou Kamal, ville syrienne frontalière avec l’Irak, dans la province de Deir ez-Zor, a été reprise par les forces gouvernementales syriennes, avec le soutien de ses alliés.

Au-delà d’une grande victoire stratégique et de l’anéantissement de Daech en tant que «califat» qui s’était imposé en terre syrienne, rappelons plusieurs points importants:

Premièrement, le gouvernement syrien sort bel et bien vainqueur de cette terrible guerre, qui a été imposée à la Syrie par une large coalition, qui souhaitait réaliser des projets malsains aussi bien pour ce pays millénaire, que pour une région déjà tellement martyrisée. La secte rétrograde de Daech est vaincue. La population se trouvant en territoire sous contrôle gouvernemental dépasse les 90%.

S’ajoute à cela le retour de plus en plus visible des réfugiés syriens qui ont fui leur pays à cause du terrorisme et non pas «à cause d’Assad», comme le prétendaient les grands titres de la presse mainstream ces dernières années. Plus d’un demi-million de personnes sont déjà rentrées chez elle, a confirmé l’ONU.

Deuxièmement, le monde entier a été témoin des paroles et des actes des protagonistes de cette tragédie. Étant Russe, appartenant à la dernière génération née en URSS, ayant grandi à l’étranger et entendu tellement de fois que mon pays n’allait jamais se relever, je ne cache pas le malin plaisir de voir les russophobes de service se faire tout petits. Car il n’y a en effet pas grand-chose à dire: en deux années d’intervention en Syrie, dans un cadre strictement légal et respectueux de la souveraineté syrienne, la Russie a fait ce qu’une large «coalition» de pays, États-Unis à leur tête, n’ont pas fait en plus de trois ans, même en petite partie.

Deux questions en ressortent logiquement. Les USA et leurs alliés ne seraient-ils donc pas si forts et invincibles —comme le prétendaient leurs médias depuis la fin de l’URSS- que cela? Ou est-il simplement devenu flagrant que lesdites forces sont prêtes à utiliser des extrémistes de la pire espèce, massacrant des milliers d’êtres humains, dans le seul but d’arriver à réaliser leurs objectifs géopolitiques, en tentant d’éliminer une nation assumant pleinement sa souveraineté et refusant l’asservissement, d’où leur manque évident de volonté de combattre le terrorisme? Personnellement, j’opte pour les deux réponses. À chacun de tirer ses propres conclusions.

Une chose est néanmoins certaine: le monde entier a été témoin de l’efficacité des armes russes, ainsi que de la détermination de Moscou à briser la colonne vertébrale du terrorisme international, selon les termes employés par l’ex-chef des Forces aérospatiales de Russie Viktor Bondarev, désormais sénateur.

De plus, l’intervention russe a donné aux yeux de tous la vraie signification du terme «allié». Être un allié n’a absolument rien à voir avec les «valeurs» néocoloniales de certains, en vue d’imposer leur volonté sous le noble prétexte «d’intervention humanitaire». À bon entendeur… La conséquence à moyen terme de cette démonstration est que le nombre de pays de la région —et même bien au-delà- désireux de bâtir des relations fortes avec la Russie ne fera qu’augmenter.

Et si certains ont besoin de cours particuliers sur la façon d’anéantir une secte rétrograde et terroriste, armée jusqu’aux dents et ayant occupé plus de 70% du territoire d’un pays, ils peuvent s’adresser à la Syrie et ses alliés.

Et maintenant, à qui donc le tour? En Syrie, ce sont les derniers éléments d’Al-Qaida, eux aussi largement épargnés par la coalition occidentale, qui sont désormais dans le collimateur.

Car le néocolonialisme occidental, qui a vu l’un de ses bras armés en Syrie amputé, continue d’exister. Et c’est pourquoi la confrontation est loin d’être finie.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201711101033821581-daech-syrie/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Quand l’Iran et la Russie mènent la danse du monde multipolaire

Vladimir Poutine et Ali Khamenei

Énergie, commerce, mais aussi diplomatie internationale, autant de thèmes abordés au Sommet Iran-Russie-Azerbaïdjan qui vient de se clore. Un sommet qui a renforcé sur tous ces sujets le basculement vers un monde multipolaire, et dans lequel les rapports russo-iraniens jouent un rôle clé.

«Nous sommes en mesure de parer les sanctions américaines et d’isoler l’Amérique en renonçant au dollar pour le remplacer par nos devises nationales aussi bien lors de transactions bilatérales que multilatérales». Par ces mots prononcés après sa rencontre avec Vladimir Poutine l’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique d’Iran, donne la mesure des ambitions du Sommet Iran-Russie-Azerbaïdjan. La promotion d’un monde multipolaire —multilatéral, dit Ali Khamenei-, qui ne ferait plus des États-Unis et du dollar le pivot du monde et de son économie, était en effet le fil conducteur de ce sommet qui s’est clos à Téhéran le premier novembre.

Un défi qui requiert de solides qualités, selon Ali Khamenei: «Poutine est une personnalité forte, c’est justement pour cela qu’il est possible de coopérer avec la Russie sur les questions d’envergure qui demandent de la détermination et de la persévérance en tant que superpuissance. Et on peut coopérer avec elle d’une manière logique».

Cette plateforme, qui s’est tenue pour la première fois en 2016 à Bakou, capitale azérie, a abordé de nombreux thèmes d’intérêt pour L’Iran, La Russie et l’Azerbaïdjan. Citons notamment le projet de corridor de transport international «Nord-Sud», qui est parmi les canaux de transport les plus importants au monde du point de vue économique. Énergie, électricité, coopération pétrolière et gazière étaient eux aussi à la une des discussions.

En effet, ces trois nations sont des puissances déclarées en ressources pétrolières et gazières. Mais ce n’est pas leur seul point commun. Ainsi, l’Azerbaïdjan est un pays musulman laïque, ayant fait partie de l’Empire russe et de l’URSS (liens étroits avec Moscou), turcophone (liens étroits avec Ankara) et dont les 85% des plus de 94% de musulmans du pays sont chiites (similitude évidente avec l’Iran voisin). Ajoutez à cela des liens économico-commerciaux étroits aussi bien avec la Russie, l’Iran et la Turquie et vous commencerez à comprendre le puzzle qui se forme.

Pour en revenir aux relations entre la Russie et l’Iran, soulignons que Moscou et Téhéran ont signé un mémorandum portant sur les livraisons de gaz iranien à destination de l’Inde, projet dans lequel le géant gazier russe Gazprom compte s’engager. À ce titre, Aleksandr Novak, ministre russe de l’Énergie, a affirmé que Gazprom prévoyait de participer à l’extraction du gaz iranien et de construire un gazoduc en Inde d’une longueur de 1.200 kilomètres. Les gisements spécifiques sur le territoire iranien seront déterminés dans le cadre d’étude de faisabilité du projet. L’autre géant russe, le pétrolier Rosneft, prévoit lui aussi d’élargir considérablement sa participation dans des projets en territoire iranien.

L’énergie n’a toutefois pas été le seul point de convergence entre Moscou et Téhéran. Le président iranien Hassan Rohani, qui a discuté en détail avec Vladimir Poutine de la Syrie, a déclaré que «la coopération entre l’Iran et la Russie se poursuivra jusqu’à la victoire complète sur le terrorisme». Il a ajouté «qu’il est très agréable qu’outre leurs relations bilatérales, nos deux pays jouent un rôle important dans la garantie de la paix et de la stabilité dans la région». Hassan Rohani soulignait ainsi que la Russie et l’Iran sont les acteurs clés dans la lutte contre le terrorisme salafiste et dans la résolution du conflit syrien.

Cela s’est traduit par les victoires sur le terrain, où la secte de Daech vit ses dernières heures. Un groupe qui contrôlait plus de 70% du territoire national syrien il y a deux ans de cela, avant que les Forces aérospatiales russes n’interviennent. Le rôle positif de la Russie et de l’Iran dans la région se traduit aussi au niveau diplomatique avec les pourparlers d’Astan, bien plus efficaces, y compris en ce qui concerne l’aspect humanitaire, que ceux de Genève. Des pourparlers auxquels s’est également jointe la Turquie, l’autre puissance eurasienne qui s’éloigne progressivement de son «entourage» atlantiste.

Une situation sur laquelle peu de monde aurait parié en 1992 et même au début des années 2000, tant l’Occident politico-économico-médiatico-militaire paraissait invincible. Tout a changé aujourd’hui. Et les gesticulations des élites atlantistes ne changeront pas grand-chose au processus déjà lancé, dans lequel des pays comme la Russie, la Chine, l’Iran, la Syrie, la Turquie, l’Inde, plusieurs pays ex-soviétiques d’Asie centrale et tous ceux qui souhaiteront se joindre à eux décideront de la marche à suivre, sans pour autant l’imposer aux autres, y compris à ceux qui préféreront encore jouer les suiveurs de Washington.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201711031033731410-iran-russie-azerbaidjan/

Mikhail Gamandiy-Egorov

L’interaction militaire russo-indienne a le vent en poupe

Indra 2016. File photo

Dans un monde en plein changements et face à de nombreux défis, il y a aussi de la constante. A ce titre, les liens unissant Moscou et New-Delhi ont non seulement réussi à rester stables, mais ne cessent aussi d’aller de l’avant. Le tout dans un cadre multipolaire du monde.

L’interaction des deux pays dans plusieurs secteurs date de plusieurs dizaines d’années, l’URSS et la République indienne libérée du colonialisme britannique partageant des relations fortement amicales. Il y a quelques années étant de passage dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba, lors d’un échange avec un diplomate indien ce dernier m’avait confirmé cet aspect des relations bilatérales en allant même jusqu’à rappeler à titre d’anecdote que pour beaucoup d’Indiens et de Russes, l’Inde était presque considérée comme une république soviétique tellement l’interaction était importante.

A l’heure actuelle, rien ne semble pouvoir modifier ce rapport, bien que les tentatives émanant d’intérêts purement extérieurs à l’Inde ou à la Russie aient loin d’avoir manqué. En effet, les échanges dans les domaines politique, économique et culturel se développent à un rythme plus qu’encourageant. Les leaders des deux pays ont d’ailleurs annoncé l’objectif d’atteindre l’équivalent de 30 milliards de dollars d’échanges annuels vers 2025. Quant au secteur stratégique de la Défense, les deux pays partagent une coopération de premier choix. Faut-il rappeler que l’Inde au cours des dernières années occupait la première place au niveau mondial en termes d’import d’armement et que dans ce rapport la Russie reste le fournisseur principal des forces armées indiennes?

En effet et pour la seule année dernière, l’Inde a acheté à la Russie pour 1,2 milliards de dollars et continue traditionnellement de rester le principal acheteur d’armements russes au niveau planétaire (devant la Chine et l’Algérie pour l’année 2016). Autres chiffres importants à savoir: plus de 70% des chars, automoteurs d’artillerie, avions de chasse, bombardiers, lance-roquettes multiples, hélicoptères, frégates, sous-marins, systèmes de défense côtière, etc… exploités au sein des forces terrestres, aériennes et navales de l’Inde sont de production russe ou soviétique. Et à ce jour, 40% des équipements de l’armée indienne ont soit été fabriqués en Russie, soit sous licence russe dans les usines locales. Dans l’aviation cette part est de 80%, dans la flotte 75%.

Par ailleurs, les deux pays ne se limitent pas aux transactions purement commerciales dans ledit domaine mais mènent régulièrement des exercices interarmées. Les touts récents, Indra 2017, viennent de se clôturer à Vladivostok: dans l’Extrême-Orient russe.

Pour rappel, la Russie avait également mené récemment des manœuvres conjointes avec les forces armées chinoises en mer Baltique, aux larges de ses frontières occidentales, à la grande colère de l’Otan qui pourtant ne se gêne pas à accroitre ses effectifs armés aux frontières russes. Tout cela pour dire, que l’Inde, comme la Chine et la Russie, est résolument tournée au soutien à la multipolarité que certains s’obstinent encore à ne pas vouloir reconnaitre. Et toutes les histoires sur les prétendus « tensions » entre New-Delhi et Pékin ne changent rien au fait que leur interaction reste au beau fixe, y compris dans des organismes tels que les BRICS ou l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), avec l’appui effectif de la Russie.

Une chose est certaine: les rapports russo-indiens, comme russo-chinois, gardent leur dynamique positive. Et cela est plus que jamais important aujourd’hui, face au danger du terrorisme international, complice avec ceux qui pensent toujours pouvoir le contrôler dans le but d’atteindre leurs objectifs géopolitiques. Le monde, ou du moins sa part majoritaire, n’acceptera plus le diktat unipolaire arrogant d’une extrême minorité. Et qui d’autant plus ne cesse de perdre la confiance de ses propres citoyens dans l’espace géographico-civilisationnel concerné.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201710301033666961-russie-inde-indra/

Mikhail Gamandiy-Egorov

La carte kurde ne fonctionnera pas

Drapeau des YPG à Raqqa. Archive photo

L’intervention antiterroriste russe en Syrie a anéanti les plans de nombreux lobbies opposés au gouvernement syrien. À tel point qu’aujourd’hui les dites «élites» ne se font plus d’illusions quant à la chute voulue d’Assad. Restent les USA, qui tentent de jouer leur dernière carte avec leurs mercenaires kurdes…

Avant le 30 septembre 2015, date à laquelle la Russie débute son opération antiterroriste en terre syrienne à la demande officielle du gouvernement de ce pays, les représentants des élites politico-médiatiques occidentales donnaient quelques semaines, tout au plus quelques mois avant que la chute du Président Assad, qu’ils espéraient tellement, ne devienne réalité. Et ce malgré la persévérance des soldats de l’armée syrienne, qui résistaient courageusement aux assauts des terroristes de plusieurs dizaines de pays, armés de façon la plus sophistiquée qui soit (pour des pseudos «rebelles») et financés généreusement par une large coalition de pays: occidentaux et du Golfe.

Aujourd’hui, tout est différent. Très différent. Assad a tenu mais c’est loin d’être tout: l’armée nationale contrôle désormais non seulement la Syrie dite «utile» (les cinq plus grandes villes du pays et la zone côtière), mais étend son contrôle jusqu’à l’est désertique, en passe d’éliminer une bonne fois pour toute les derniers éléments de la secte de Daech présents en terre syrienne, avec le soutien de ses alliés. Tout va pour le mieux donc en ce sens même s’il a fallu faire des sacrifices certains pour anéantir cette présence terroriste, se comptant par dizaines de milliers.

La suite? Reconstruction prévue du pays, avec le soutien là aussi des pays-alliés, et retour progressif à une vie pacifique avec la contribution indéniable des pourparlers d’Astana. Le souci principal est que les États-Unis souhaitent faire retarder à tout prix ce processus, sachant que leur projet de départ est tout simplement tombé à l’eau. Le gouvernement syrien est au meilleur, Daech va perdre, Al-Qaïda aussi. Les autres éléments extrémistes d’obédience salafiste ont eux aussi été éliminés, soit ont décidé de déposer les armes et bénéficié de l’amnistie offerte par les autorités du pays. Enfin, les éléments armés sous influence turque se sont joints au processus de paix dans le cadre d’Astana. La tentative américaine d’occuper, avec ses mercenaires islamistes, de larges zones au sud de la Syrie à partir de la Jordanie est elle aussi tombée à l’eau. La Jordanie se voit même dialoguer désormais de plus en plus avec Damas et les relations commerciales reprennent peu à peu entre les deux pays.

Que reste-t-il donc à l’establishment américain? À l’instar de l’Irak: la carte kurde. Les pseudos Forces démocratiques syriennes (FDS), composés majoritairement de combattants kurdes, contrôlent une partie du nord syrien et tentent de se tailler une part du «gâteau» dans la province de Deir ez-Zor, pourtant peuplée très majoritairement d’habitants arabes. Si jusqu’ici les affrontements entre l’armée gouvernementale syrienne et les FDS étaient assez sporadiques, la priorité de Damas étant l’anéantissement de Daech, ce dernier a déjà fait savoir qu’en cas de nécessité l’armée nationale n’hésiterait pas à affronter les troupes kurdes pro-US.

Le problème kurde est complexe. Peuple ancien, reparti entre des territoires de plusieurs pays, et surtout désuni, d’où la manipulation dont il continue d’être lui-même la victime. Et vraisemblablement cette dernière carte kurde dont tente de profiter Washington sera elle aussi perdante.

Pourquoi? Pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il suffit d’observer les événements récents en Irak voisin lorsque les troupes de Bagdad avec le soutien de hauts conseillers iraniens, ont tout simplement forcé les Peshmergas kurdes à se retirer (et très rapidement) de la province de Kirkouk, riche région pétrolière irakienne. Il ne fait aucun doute que la région syrienne de Deir ez-Zor, à large prédominance arabe, connaîtra (si nécessaire) le même scénario, étant donné la détermination du gouvernement syrien et de ses alliés.

Que pourraient faire alors les USA? Eh bien pas grand-chose. Si on analyse les événements dans le sud syrien, à la frontière avec la Jordanie, on se rappellera bien que les forces US, qui se trouvent pour rappel illégalement en terre syrienne car non invitées, ont tenté à un certain moment de stopper par les armes l’avancée des troupes pro-gouvernementales. En vain. Résultat: les mercenaires islamistes pro-américains se sont faits encerclés par les forces de Damas dans ladite zone sans pratiquement aucune possibilité de mouvement. Et que d’autre part, les États-Unis seront forcés, à un moment ou à un autre, de quitter le territoire syrien, Daech étant pratiquement éliminé (la raison avancée par Washington de sa présence) et la diplomatie russe étant déterminée à obtenir ce départ.

Dernier point tout aussi important: la solidarité observée de la part de plusieurs pays de la région face à ce problème. En effet, non seulement Damas, Bagdad et Téhéran sont unis face à ce projet «kurde» de Washington et Tel Aviv, mais Ankara aussi affiche tous les instruments nécessaires en vue d’anéantir toute tentative en ce sens: aussi bien par la voie militaire que via les leviers économiques qui ne manquent pas.

Solution? Les Kurdes de Syrie, comme d’Irak, doivent s’asseoir rapidement à la table des négociations avec Damas et Bagdad, et trouver le consensus qui arrangerait tout le monde. La Russie est d’ailleurs prête à y contribuer. Au vu des déclarations récentes de plusieurs responsables kurdes (syriens comme irakiens), cette option commence à être de plus en plus privilégiée. Quant aux éléments armés les plus radicaux, pensant que Washington les soutiendra jusqu’au bout, ils devraient se préparer au combat duquel ils sortiront perdants, ou à faire leurs valises.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201710231033574242-syrie-carte-kurde-assad-russie-usa/

Mikhail Gamandiy-Egorov

La Turquie bascule à l’Est, l’Ouest s’alarme

La Turquie bascule à l’Est, l’Ouest s’alarme

Jamais les tensions n’ont été aussi vives entre la Turquie et ses alliés de l’Otan. Tant l’Europe que les États-Unis s’inquiètent du tournant qu’opère Ankara en direction de la Russie. Une stratégie qui renforce le camp de la multipolarité et qui déplace les équilibres géostratégiques vers l’Est, ce que l’Ouest ne peut tolérer.

Les tensions entre alliés de l’Otan semblent passer au stade supérieur. En effet, après la vive opposition entre Ankara et plusieurs capitales de l’UE, le ton se dégrade aussi entre la Turquie et Washington, au point que certains politiciens et experts étasuniens appellent ouvertement à sanctionner la République turque.

En effet, si les derniers mois ont été caractérisés par une rhétorique ouvertement hostile entre Ankara et Bruxelles, Washington avait préféré garder un ton plus ou moins «neutre», qui n’est plus de mise. L’hostilité de Washington envers son «allié» turc est patente et comme par hasard la Russie y est encore pour quelque chose, mais pas seulement.

À lire et entendre les représentants de l’élite politico-médiatique occidentale, la Turquie s’engagerait dans une très «mauvaise voie». «Autoritarisme, islamisme, trahison des valeurs otaniennes, cap à l’Est», etc. telles sont les nombreuses accusations qui fusent depuis quelque temps à l’encontre de la Turquie. Essayons d’y voir plus clair.

Il est exact que les idées du néo-ottomanisme sont de plus en plus populaires depuis que le parti de Recep Tayyip Erdogan, l’AKP, est arrivé au pouvoir en Turquie. La religion joue également un rôle plus important pour une partie de la société turque, bien que la Turquie reste officiellement un État laïc. Une partie du leadership turc s’était à un moment radicalisé, au point de vouloir transformer ses rêves en actes. Cela s’est notamment traduit par une action fortement néfaste dans les premières années de conflit en Syrie et une détérioration évidente des relations stratégiques turco-russes, surtout au moment de la crise entre les deux pays en novembre-décembre 2015, gelant par la même occasion ces relations pour près de six mois.

Mais ces actions étaient alors vivement saluées par les alliés otaniens de la Turquie, à partir du moment où cela pouvait servir à faire tomber le président Bachar al-Assad en Syrie (un échec) ou à frapper les intérêts russes. Objectivement, à partir de quand les relations Turquie/Occident ont-elles commencé à se détériorer? Réponse: précisément à partir du début de la normalisation des relations turco-russes, lorsque le président Erdogan s’est décidé à présenter des excuses officielles à la Russie pour l’avion abattu dans le ciel syrien fin novembre 2015. Pour les élites occidentales, il est alors devenu clair que cette normalisation allait complètement à l’encontre de leurs intérêts et de leur politique du chaos, aussi bien en Syrie qu’ailleurs dans la région.

Que se passe-t-il par la suite? La tentative de coup d’État en Turquie. Le timing est important: Ankara présente ses excuses à Moscou fin juin 2016, la tentative de putsch est déclenchée les 15 et 16 juillet 2016. Vraisemblablement, les élites occidentales et leurs agents sur place ont préféré ne pas perdre de temps et reprendre rapidement l’initiative. Le souci pour leurs projets, c’est que les citoyens turcs dans leur majorité ne se sont pas laissés faire. Partisans d’Erdogan ou non, ils sont descendus en masse dans les rues de plusieurs villes en vue de défendre la démocratie et la souveraineté de leur pays. La suite est connue: une nette détérioration des relations avec l’Occident, le retour au partenariat stratégique avec la Russie et plus généralement avec le grand espace eurasiatique, dont la Turquie fait partie intégrante.

Bien sûr, les très importants intérêts économico-commerciaux qui lient la Turquie à la Russie ne sont pas étrangers au désir de reprendre ledit partenariat stratégique, mais ce n’est pas tout. Le soutien officiel accordé par Moscou à la Turquie au moment de la tentative de putsch a montré définitivement aux dirigeants et à beaucoup de citoyens turcs sur qui ils pouvaient compter dans les moments difficiles, et qui n’était pas fiable, même si ces derniers sont encore considérés comme des «alliés» officiels.

Cette séquence a eu plusieurs conséquences directes, à commencer par une nette diminution de la rhétorique anti-Assad du côté du gouvernement turc et une participation active aux côtés de la Russie et de l’Iran au processus d’Astana. Celui-ci a permis, depuis fin décembre, de lancer les premières bases d’une solution pacifique dans la crise syrienne et d’intensifier la lutte contre le terrorisme, qui est actuellement en phase finale. Nous avons même assisté à des frappes conjointes russo-turques contre Daech dans le nord syrien, une première dans les relations entre la Russie et un pays membre de l’Otan.

Cerise sur le gâteau, Ankara a confirmé l’achat du système antimissile russe S-400, provoquant la colère aussi bien de Washington que de Bruxelles, qui depuis ne cessent d’exiger des comptes sur les motivations de la Turquie, notamment sur son avenir au sein de l’alliance nord-atlantique.

Ajoutez à cela les projets à grande valeur ajoutée que sont le gazoduc Turkish Stream et la centrale nucléaire d’Akkuyu ou les innombrables rencontres Poutine/Erdogan depuis la confirmation de la normalisation et vous comprendrez l’inquiétude des élites occidentales, alors que la Russie déjà a forgé une alliance stratégique avec la Chine, un autre concurrent affirmé des partisans de l’unipolarité.

Tout récemment, l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder a estimé qu’il était «vital pour l’UE d’empêcher la Russie et la Turquie de se détourner de l’Europe au profit de l’Asie», et notamment en direction de la Chine. Bien que Schröder soit certainement l’une des rares voix sages de l’Europe bruxelloise, il semble que son conseil arrive bien tard. Les trois pays ont leur avenir dans l’espace eurasiatique, dans lequel l’UE n’a aucune place tant qu’elle n’aura pas retrouvé une souveraineté digne de ce nom.

Pour le reste, les relations Chine-Russie ou Russie-Turquie correspondent parfaitement aux intérêts nationaux de chacune de ces nations, et les tensions géopolitiques avec l’Occident n’ont fait que leur donner qu’un coup de pouce supplémentaire. Concernant l’avenir de la Turquie, la Russie, comme d’ailleurs la Chine, considère que c’est uniquement aux citoyens turcs de décider de leur avenir et c’est là toute la différence avec l’Occident politico-médiatique. C’est pourquoi les Turcs, à l’instar de beaucoup d’autres peuples du monde, continueront à regarder de moins en moins à l’Ouest et à opter pour le Nord-Est.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201710191033527137-turquie-otan/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Quand la Russie dame le pion à l’Occident dans le Maghreb

Quand la Russie dame le pion à l’Occident dans le Maghreb

Personne n’est irremplaçable. Y compris ceux qui pensaient l’être des décennies et même des siècles durant. Le train avance, et beaucoup le voient filer.

Coopération renforcée avec Alger, multiplication des conventions avec Rabat, dont un spectaculaire accord de libre-échange entre la Russie et le Maroc, la tournée de Medvedev en Afrique du Nord se solde par un succès. Une fois encore, Moscou et les tenants de la multipolarité bousculent les positions de l’Occident.

Dmitri Medvedev revient di Maghreb les mains pleines. Le Premier ministre russe a en effet marqué des points importants au Maroc, qui était vu jusqu’à présent comme un allié occidental solide. En Algérie, moins de surprises, puisque l’alliance stratégique entre Moscou et Alger date de plusieurs dizaines d’années. Elle sort néanmoins renforcée de la visite de Medvedev, avec des promesses de diversification des secteurs d’interaction.

Le monde change, la réalité géoéconomique et géopolitique aussi. Alger comme Rabat font partie des principaux partenaires de la Russie en Afrique et dans le monde arabe. Si avec la première, cette relation s’est forgée durant la lutte d’indépendance et dans les premières années de son obtention, dans le cas du Maroc le partenariat stratégique a commencé son chemin à partir du début des années 2000.

L’Algérie fait partie du Top 3 des principaux partenaires de la Russie dans le secteur de la Défense, derrière l’Inde et la Chine. Pour la seule année 2016, Alger a commandé à Moscou pour 924 millions de dollars d’armements contre 1,2 milliard pour New Delhi et 959 millions de la part de Pékin. Mais l’interaction ne s’arrête pas là. Les deux pays partagent grand nombre de visions communes ou similaires au niveau politique et de l’actualité internationale.

Leurs intérêts communs concernent également le secteur énergétique, les deux pays étant de grands producteurs de pétrole et de gaz. Plusieurs projets dans l’industrie agroalimentaire sont en cours de négociation, l’Algérie s’ouvrant potentiellement le marché russe. Une chose est certaine: l’Algérie était, reste et restera un partenaire privilégié de la Russie, et ce à plusieurs niveaux.

Dans le cas du Maroc, les échanges avec la Russie sont également à un niveau stratégique. Rabat est un important fournisseur de produits agroalimentaires sur le marché russe. Ainsi, la Russie est-elle le principal débouché des agrumes marocains avec 45% de la production destinée à l’export, contre 30% pour l’UE et 20% pour l’Amérique du Nord. Une part de marché qui pourrait encore croître, la Russie s’étant dernièrement déclarée prête à augmenter ses achats d’agrumes en provenance du Maroc. «La part actuelle du Maroc sur le marché russe au niveau des agrumes est de 26%, nous sommes prêts à ce qu’elle atteigne 50%», a fait savoir le ministre russe de l’Agriculture Alexandre Tkatchev.

Dans le domaine de l’énergie, la Russie est prête à participer à la construction au Maroc de centrales électriques à gaz. En outre, la pêche, l’industrie et le tourisme représentent quant à eux des secteurs appelés à connaître également une hausse conséquente.

Toutes ces annonces sont toutefois éclipsées par celle de la création d’une zone de libre-échange entre la Russie et le Maroc d’ici un an au maximum.

En passant, les producteurs européens peuvent «remercier» une fois de plus leurs dirigeants: au moment où la Russie est arrivée à une autosuffisance complète sur plusieurs secteurs de l’industrie agroalimentaire, en augmentant au passage ses exportations, ne serait-ce qu’au niveau du blé, des pays non occidentaux renforcent sans complexe leurs positions sur ce grand marché qu’est la Russie.

Cela confirme une fois de plus ce que nous avons déjà annoncé à plusieurs reprises: les produits agroalimentaires de l’UE, actuellement bannis de Russie en raison des contre-sanctions, auront les plus grandes difficultés à revenir sur ce marché, si jamais ils y parviennent un jour.

N’est-ce pas l’Occident politique et médiatique qui annonçait en grande pompe de grands problèmes à venir pour l’économie russe après l’adoption de sanctions occidentales? Et qui est perdant au final? Les producteurs de l’UE n’ont jamais réussi à compenser leurs pertes se chiffrant en dizaines de milliards d’euros et en dizaines de milliers d’emplois perdus, ni même à trouver des marchés de remplacement.

La Russie, de son côté, a réussi non seulement à donner une chance unique à ses producteurs, mais aussi à diversifier très largement ses relations extérieures. Moscou aurait certainement dû lancer ce processus bien avant, comme l’a fait la Chine, et ne pas attendre les tensions avec l’Occident, mais mieux vaut tard que jamais.

Le processus suit son cours et il n’y aura certainement pas de retour en arrière. Aux élites européennes de réfléchir un minimum pour ne pas perdre leurs positions économiques encore existantes en Russie, leur rapportant des sommes plus que considérables, au risque de voir les pertes se multiplier de plusieurs fois. En ce qui concerne les pays africains, les exemples de pays comme l’Algérie, le Maroc, l’Afrique du Sud, l’Angola et certains autres encore démontrent qu’assumer sa souveraineté est tout à fait possible: non, il n’y a pas de peuples «élus» et «moins élus». Tous égaux. C’est cela la multipolarité.

Aux pays sous emprise encore des partisans de l’unipolarité d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201710131033444094-russie-occident-maghreb/

Mikhail Gamandiy-Egorov