Archives du mot-clé néocolonialisme

Thierry Mbepgue: « les BRICS libèrent peu à peu l’Afrique »

Thierry Mbepgue

Thierry Mbepgue est activiste patriote et souverainiste camerounais. Il est en outre président fondateur du Mouvement Africain pour la Libération du Continent (MALCON), secrétaire général adjoint du Réseau Mondial des Défenseurs de la Cause Africaine (RMDCA).

Il est aussi fondateur du projet UNIRTA, destiné à rassembler les différents mouvements panafricains, aussi bien en Afrique qu’au-delà. Entretien.

Sputnik: Comment est la situation politique actuelle au Cameroun? Quel regard portez-vous sur les prochaines élections présidentielles qui auront lieu dans votre pays?

Thierry Mbepgue: Le Cameroun est justement à un tournant décisif de son histoire. Mis à part le fléau de la secte Boko Haram et toutes les victimes que cela a causé, ainsi que les projets obscurs dévoilés de certains opposants zélés pro-impérialistes qui continuent de croire que c’est l’Occident qui va les installer au détriment du peuple, on peut dire que la situation politique est relativement stable. Les Camerounais savent où ils vont, nul ne viendra décider à leur place pour ce qui est bon pour eux. Mon pays est non seulement à deux pas de sa libération totale du joug colonial mais également à deux pas d’une recolonisation qui s’annonce farouche si rien n’est fait par les patriotes camerounais. Le chef de l’Etat a déjoué tous les pronostics faits sur sa succession par les opposants et certains de ses collaborateurs. Vu le poids de son âge, sera-t-il candidat aux prochaines élections? Va-t-il céder le fauteuil à quelqu’un d’autre, si oui à qui? Comment va se passer cette transition? Telles sont les questions que plusieurs Camerounais se posent actuellement. Loin des calculs politiciens égoïstes que font les petits esprits, j’ai compris depuis 2013 qu’il ne fallait pas attendre l’approche des prochaines élections pour se préparer, raison pour laquelle mon équipe et moi avions commencé depuis la mobilisation dans tout le pays, et ceci dans le but de mettre sur pied une force démocratique qui va influencer sur les prochaines élections présidentielles. Le mouvement dont je suis le fondateur n’a pas encore les moyens financiers nécessaires pour présenter un candidat, mais il soutiendra le candidat qu’il va juger proche du peuple camerounais.

Sputnik: Qu’en est-il de votre opinion sur les futures élections en Côte d’Ivoire, pays dont la souveraineté a été ouvertement bafouée en avril 2011 par une intervention armée occidentale directe et qui a marqué l’esprit de nombreux panafricanistes?

Thierry Mbepgue: Je ne cesserai de le dire, la date du 11 avril 2011 en Côte d’Ivoire est la date de la mort de la France en Afrique. Nous avons assisté à une intervention honteuse de l’armée française soutenue par les casques bleus de l’ONU qui, après plusieurs jours de bombardement du palais présidentiel de la Côte d’Ivoire, a arrêté le président de la République Laurent Gbagbo pour le remettre aux forces rebelles d’Alassane Ouattara. Mon opinion en ce qui concerne les élections présidentielles prochaines en Côte d’Ivoire est la suivante: tout chien renifleur de l’analyse politique en Afrique sent l’odeur d’un danger qui plane sur ce pays. On n’a pas encore donné les résultats définitifs des élections présidentielles passées de 2010 qu’on veut déjà faire une nouvelle élection. Qui a gagné les élections en 2010? La réponse à cette question résoudra peut-être tous les problèmes de la Côte d’Ivoire et la conduira à la réconciliation. Dans tout cela, il faut aussi se demander quelle est la position de la France qui avait installé le régime actuel? Cela m’amuse quand même de voir certaines personnes ou intellectuels présentés comme étant de grands démocrates africains terrés dans un silence assourdissant lorsqu’il faut parler de respect de la constitution en Côte d’Ivoire. Je crois qu’il risque de ne pas y avoir d’élection en octobre comme prévu.

Sputnik: Parlons maintenant des relations BRICS-Afrique. On sait que de plus en plus d’Africains souhaitent vivement le renforcement des relations entre les pays du continent africain et des nations BRICS, d’autant plus qu’un pays africain, la République d’Afrique du Sud, fait partie de l’alliance. Selon vous, qu’est ce qui doit encore être fait pour que cet objectif de renforcement soit atteint?

Thierry Mbepgue: La présence des nations BRICS libère peu à peu l’Afrique, c’est une présence salvatrice. Il a fallu que certains pays africains regardent du côté des BRICS pour enfin amorcer leur processus de développement. L’Afrique du Sud qui aujourd’hui fait partie de cette alliance est première productrice d’or, de platine, de chrome, de vanadium et deuxième productrice de manganèse et de titane. Avec tout cela, elle devrait être à mon avis le reflet d’une Afrique qui tire l’essentiel de ses ressources dans les matières premières. Voilà pourquoi je souhaite par conséquent que ce pays soit comme un wagon exemplaire au sein des BRICS. Elle y est depuis 2011, avec quel impact sur les autres pays africains? Qu’elle inspire les autres Etats africains à développer des mécanismes plus intéressants pour capitaliser leurs ressources naturelles. Je pense qu’il faut aller au delà de ce qui lie l’Afrique à ces nations actuellement, en renforçant les relations par les échanges culturels et industriels. Il faut faciliter les voyages et faire en sorte que chacun se sente à l’aise chez l’autre. Je dirai enfin que le renforcement de cet objectif va aussi passer par la capacité des nations du BRICS à maintenir leur politique actuelle basée sur le respect des pays africains en tant qu’Etats indépendants et souverains.

Sputnik: Les élites occidentales sont radicalement opposées à l’alliance des BRICS avec l’Afrique, de peur de voir leurs intérêts néocoloniaux réduits à zéro. Que faire pour barrer la route à leurs plans malsains?

Thierry Mbepgue: L’Afrique est-elle leur propriété privée? Les Occidentaux sont pratiquement les seuls qui se plaignent à tout moment de nos choix de partenaires comme si nous n’étions pas libres de choisir avec qui faire chemin. Connaissant bien ces Occidentaux pour avoir subi leur caprice pendant plus d’un siècle, nous ne pouvons que constater que leurs pleurnichements annoncent la fin de leur hégémonie en Afrique. Tant que les BRICS renforceront leur présence et respecteront les Africains, les Occidentaux ne se sentiront pas à l’aise. Certaines personnes vont certainement me demander pourquoi tant d’espoirs placés en nos nouveaux partenaires. Je les appelle simplement à faire la comparaison entre 100 ans de coopérations avec nos partenaires historiques et 15 ans avec les pays du BRICS. Pour barrer la route à leurs plans malsains, il faut que les pays du BRICS soient prompts à venir au secours des pays, des dirigeants ou même des personnes persécutées par les Occidentaux pour leurs idéaux en Afrique, il faut qu’ils s’imprègnent de la réalité africaine, qu’ils se rapprochent des souverainistes, des panafricanistes et des vrais patriotes africains pour comprendre leur combats.

Sputnik: Vous avez déjà dit que grand nombre de problèmes et crises en Afrique sont dus à la mauvaise interprétation des textes de la constitution. Qu’est-ce que cela signifie? Et d’autre part, la longévité au pouvoir est-elle un obstacle à la démocratie? Surtout dans le cas où un leader a réellement le soutien de la majorité de sa population?

Thierry Mbepgue: La quasi-totalité des crises politiques en Afrique porte la signature de « non-respect ou mauvaise interprétation de la constitution ». Si ce n’est pas un étranger qui veut se présenter comme candidat dans un pays qui n’est pas le sien, ce sera un dirigeant qui refuse de se plier aux exigences de la constitution ou même un dirigeant qui veut modifier la constitution par voie illégale. La longévité au pouvoir n’est en aucun cas un obstacle à la démocratie du moment qu’un leader demeure au pouvoir parce que le peuple le souhaite. Je prends le cas d’un chef d’Etat africain qui décide de modifier la constitution de son pays pour se représenter à sa propre succession, le problème qui se posera ne sera pas celui de savoir s’il en a le droit ou pas, mais plutôt comment va-t-il la modifier? Ladite constitution le plus souvent exige que tel projet soit soumis à un referendum, c’est cela la démocratie, il faut laisser le peuple décider. Les Africains aiment à convoquer le principe traditionnel de règlement de conflit qui est l’arbre à palabre. Avec nos sociétés modernes, on pourrait réactualiser cet arbre à palabre au travers d’un minimum de respect consensuel dégagé autour de la constitution que le professeur Gamberge définit comme le respect des lois du jeu qu’on s’est fixé! Cela nous éviterait des crises.

Sputnik: Les élites occidentales possèdent pourtant une longévité au pouvoir plus qu’évidente (les Clinton et Bush aux USA pour ne citer qu’eux, bien souvent les mêmes visages aussi en Europe occidentale). Pourquoi se mêlent-ils alors constamment des affaires des autres? Et qu’est-ce qu’un pouvoir « légitime et légal » selon les Occidentaux?

Thierry Mbepgue: D’après eux, ils sont les maitres du monde. Ce qui est bon c’est pour eux et ce qui est mauvais c’est pour les Africains. Les premiers à ne pas appliquer la démocratie, ce sont les élites occidentales. La preuve regardez tous ces pays où ils sont venus installer la « démocratie » en Afrique. Regardez la Libye, regardez la Côte d’Ivoire, regardez la Centrafrique. Ce sont là des pays désormais « démocratiques » pour eux. Dommage que certains Africains ne comprennent pas jusque là. Un pouvoir légitime et légal selon les Occidentaux est un pouvoir soumis à leur diktat, à la tête duquel est tapis un pantin adoubé d’un potentat dangereux pour son propre peuple. Méfiez-vous de tous les pouvoirs en Afrique dont les élites occidentales chantent tous les jours les louanges et soutenez ceux qui sont persécutés car c’est parce qu’ils refusent de vous vendre qu’on les persécute.

Sputnik: On assiste en ce moment à une page fortement intéressante dans les relations russo-camerounaises, y compris sur le plan militaire. Qu’est-ce que cela vous inspire? Quels sont les domaines dans lesquels les deux pays peuvent encore étendre leur coopération?

Thierry Mbepgue: Il était temps pour le Cameroun de se mettre à l’abri d’une invasion militaire comme au Mali (car il faut dire sans faux fuyant que le but final de cette campagne était l’installation d’une base militaire au Mali pour contrôler le nord du pays) ou d’une éventuelle agression comme en Côte d’Ivoire où nous avons vu les chars et avions français bombarder la résidence présidentielle avec à l’intérieur le chef de l’Etat et toute sa famille. Je souhaiterais que cette relation Russie-Cameroun s’étende sur le plan du domaine de la santé, du commerce et de l’industrie, et surtout sur le plan socioculturel. Il faut vraiment que des échanges aient lieu via des journées d’échanges culturels entre les deux pays. Il faut que des investisseurs russes pensent également venir investir au Cameroun et vice-versa.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150702/1016820745.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Kemi Seba dialogue avec l’ambassadrice du Zimbabwe sur le président Mugabe

A voir et revoir. L’ambassadrice du Zimbabwe au Sénégal, Trudy Stevenson, s’exprime sur le président Robert Mugabe et sa politique, tellement décrié par les médias-mensonges occidentaux. Oui, vous avez bien vu : elle est blanche.

Il faut en finir avec la sale propagande occidentale une bonne fois pour toute.

« La vérité finira par triompher ! ». Entretien avec François Mattei (Partie 2)

« La vérité finira par triompher ! ». Entretien avec François Mattei (Partie 2)

Suite de la première partie de l’entretien.

LVdlR : Dans votre livre écrit en collaboration avec M. Gbagbo, on le retrouve dire que la « vérité finira par triompher »… Comment le président Gbagbo entrevoit-il son avenir, celui de ses proches et de la Côte d’Ivoire ? Et qu’en pensez-vous ?

F.M. : Moi, je suis très inquiet pour la Côte d’Ivoire parce que je pense qu’elle est aux mains de gens peu fiables. Des gens qui sont venus au pouvoir par les armes. Qui continuent à maintenir leurs positions par les armes. M. Ouattara ne peut rien faire contre ces gens qui l’ont ramené au pouvoir et qui sont pour la plupart analphabètes. Ils sont très nombreux. On retrouve notamment un commis de cuisine devenu préfet, c’est formidable… M. Soro, président de l’Assemblée nationale, qui a été également Premier ministre, n’est autre qu’un chef de guerre. Qui a été en outre désigné par un bon nombre de rapports à une certaine époque comme responsable de crimes de guerre et qui se retrouve aujourd’hui sous immunité parlementaire. Il guette le pouvoir comme M. Bakayoko, qui est le ministre de l’Intérieur. Et à la base, ils sont tous chefs de milices armées, qu’ils continuent chacun de diriger. Et ils se guettent tous du coin de l’œil en attendant que M. Ouattara, qui est bien malade, disparaisse de la scène politique. Tout cela est assez inquiétant. Le seul qui pouvait dégager un consensus c’est Laurent Gbagbo. On n’en a pas voulu. Ce qui se passe désormais c’est qu’il va passer en procès. Et il faut pour cela situer deux choses : le 3 juin 2013, la Cour pénale internationale avait dit qu’il n’y avait aucune charge retenue contre lui. Quelques mois plus tard, il y a toutes les charges retenues. Il se trouve que pour avoir étudié le dossier, il n’y a rien de nouveau. Que tout le monde le sache, il n’y a absolument rien de nouveau. Donc on voit bien qu’il s’agit d’une décision politique. Parce qu’en 2015 il y a l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire et on ne veut pas que Gbagbo soit libre. Et que l’objectif est de le maintenir le plus longtemps possible hors du jeu politique et afin qu’il n’y ait plus de possibilité pour lui de revenir. La vérité sortira tout de même. Et je pense qu’avec elle ce sera le procès de la CPI et non pas de Laurent Gbagbo. Qu’est-ce que représente la CPI sinon une institution, je dis bien une institution et non pas une juridiction, qui sert des intérêts particuliers ? Le dossier contre M. Gbagbo a été fabriqué à Paris et à Abidjan par le pouvoir actuel. Ce dernier ayant énormément de choses à se reprocher. Les seuls actes réellement génocidaires ont été commis par le pouvoir actuel ou en tout cas par les gens qui le soutenaient. Et aucun d’entre eux ne se retrouve aujourd’hui à la CPI. Donc on s’aperçoit bien que c’est une institution qui n’est pas respectable et qu’il convient de ne pas respecter. Le problème c’est que M. Gbagbo y est. J’allais dire qu’on attend avec impatience le procès parce que M. Gbagbo aura la possibilité de parler au monde. Et j’espère que cela sera retransmis partout. Et dans ce cas-ci, la CPI s’écroulera.

Quant à M. Gbagbo lui-même, il reste optimiste. Il sait parfaitement ce qui s’est passé. Pour résumer : étant donné qu’il y avait un litige électoral, c’est-à-dire deux présidents, lui a demandé qu’on recompte les voix sous l’égide d’une commission internationale. Cela a été refusé. Pourtant lorsqu’on sait qu’on a gagné, on ne devrait pas avoir peur du recomptage des voix. D’autant plus que c’est un usage absolument courant. On l’a vu aux Etats-Unis dans le cas de Bush et Gore. On l’a vu avec l’UMP en France, où pour la présidence d’un parti politique il y a eu une comédie tragique durant des mois. Autre exemple encore : Haïti, où cela s’est très bien passé : celui qui était arrivé au départ troisième est devenu après recomptage président de la république car il y avait eu des comptes mal faits au départ. Donc au lieu de faire des morts et de faire la guerre, car en Côte d’Ivoire faut le rappeler il y a eu beaucoup de morts, il aurait fallu tout simplement recompter les voix. Pourtant c’est l’option de la guerre qui été choisie au lieu de faire un recomptage qui aurait économisé énormément de vies humaines. Laurent Gbagbo s’est maintenu au pouvoir car il a été élu. Il a donc continué d’exercer, aussi bien en ce qui concerne ses prérogatives économiques que militaires, en défendant le pays. C’est ce qu’on lui reproche aujourd’hui. On lui reproche en fait d’avoir continué à gouverner alors que ladite communauté internationale estime qu’il était battu aux élections. Et dernière chose encore : je ne sais pas où a-t-on lu et décidé que c’était la communauté internationale ou quiconque qui décidait de l’élection d’un président de la république d’un pays souverain. Logiquement, c’est le peuple du pays en question qui il me semble doit choisir son avenir. La communauté internationale a peut-être un rôle mais elle ne peut agir qu’en respectant la souveraineté d’un Etat et du libre choix de son peuple à la suite d’une élection démocratique. C’est ce que Laurent Gbagbo va défendre et là-dessus il est tout à fait tranquille. Concernant l’avenir de la Côte d’Ivoire, il est très inquiet car il pense qu’aujourd’hui il n’y a plus de démocratie en Côte d’Ivoire. Pour vous dire, un très grand nombre de marchés se font aujourd’hui de gré à gré alors qu’on dit que M. Ouattara est un grand économiste. Peut-être. En tout cas, aucune des règles normales dans ce domaine n’est respectée, ni appliquée. La Côte d’Ivoire, curieusement, va mal alors que la guerre est finie. On a reproché son bilan à Gbagbo alors qu’il se trouvait en état de guerre avec la moitié du pays occupé. Et le bilan était malgré tout cela très loin d’être mauvais. Je peux le démontrer. Quant à aujourd’hui, il y a une chute des ressources pétrolières, ainsi que des ressources du cacao. Ca va très mal. Pourquoi ? Car il y a beaucoup de détournements. Ce n’est pas qu’il y a moins de cacao et de pétrole. Simplement il y a énormément de gens qui font du « business ». Parmi eux, un grand nombre de politiciens français. Notamment M. Guéant qui était ministre de l’Intérieur, ainsi que son gendre qui s’occupe notamment de la privatisation des banques là-bas. Ils font tous de très grosses affaires. La Côte d’Ivoire est devenue aujourd’hui un comptoir. Ce n’est plus un Etat mais bien un comptoir ouvert aux quatre vents du libéralisme sauvage.

LVdlR : Croyez-vous qu’un jour les responsables de la rébellion armée en Côte d’Ivoire, ainsi que ceux ayant commis des crimes depuis 2002, puissent se retrouver devant la justice, nationale ou internationale ? Ou alors, pensez-vous que leurs mentors occidentaux ne le permettront jamais ?

F.M. : Je pense qu’ils ne le permettront jamais. Et puis c’est déjà trop tard. Il est évident que si on veut faire un procès et la mise à plat de tout ce qui s’est passé là-bas, il faut envoyer à la CPI M. Soro. Et pourquoi pas M. Ouattara ? Tous ces gens-là ont organisé une rébellion sauvage. Il y a eu des centaines de milliers de morts, des villages rasés. Des massacres massifs. L’inaction de la CPI est absolument incompréhensible. Mais la communauté internationale est piégée dans sa posture parce qu’elle a soutenu ces gens-là. La vérité, elle, sera connue. Mais en ce qui concerne la probabilité qu’il y ait des sanctions à l’encontre des responsables de ces crimes, je pense qu’il y a très peu de chances.

LVdlR : Selon vous, la CPI ne s’est-elle pas définitivement discréditée en confirmant les charges contre Laurent Gbagbo et en faisant toujours la sourde oreille quant à la responsabilité de crimes massifs commis par les rebelles soutenus par le gouvernement français ?

F.M. : A mes yeux, oui. Et aux yeux de beaucoup de Français qui heureusement commencent à se réveiller. Y compris grâce aux débats qu’il y a eu à la CPI, beaucoup de gens commencent à voir clairement que sous l’habillage juridique, on voit apparaitre des intérêts clairement politiques, militaires et économiques. Je crois que la vérité va sortir. Beaucoup de gens commencent à réagir différemment, comparé à même deux ou trois ans auparavant. Et si les gens s’aperçoivent qu’ils ont été à ce point trompés, cela risque d’être violent. C’est ainsi en France, on se réveille tous les 20 ans. J’ai confiance en les gens de mon pays. Ce secret de la Françafrique, cette sinistre comédie mais qui rapporte énormément à l’Etat français, qu’on essayait de garder si longtemps s’ouvre aujourd’hui au grand jour. Et maintenant que les citoyens commencent à comprendre sur le fond pourquoi on joue avec les chefs d’Etats en Afrique comme avec des pions sur un échiquier, je crois qu’il y aura une réaction salutaire en France. Vous savez il y a un ancien ambassadeur de France, M. Gildas Le Lidec, qui vient de publier un livre « De Phnom Penh à Abidjan », qui mentionne justement la période où il était ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, à l’époque de Laurent Gbagbo. Et il y raconte des choses formidables pour dire qu’on n’a jamais laissé une chance à Gbagbo et que la France n’en voulait tout simplement pas. Et que même le chef de guerre Soro a voulu l’étrangler. Il parle donc de toutes ces choses comme un témoin direct.

LVdlR : Merci M. Mattei d’avoir répondu à nos questions ! Bonne continuation à vous !

F.M. : Merci !

http://french.ruvr.ru/2014_07_02/La-verite-finira-par-triompher-Entretien-avec-Francois-Mattei-Partie-2-9850/

Mikhail Gamandiy-Egorov